Manga yaoi

Comment le boys’ love est devenu un outil de soft power comme les autres

Avec E.Leclerc
© darkness

Obscur objet du désir féminin dans les années 2010, le yaoi continue à prospérer. Au-delà du manga, il squatte désormais nos écrans. Pour le meilleur. Outil du soft power de pays tels que la Thaïlande, il fait aussi avancer les consciences dans les pays mêmes.

« Laisse-moi te détester », « Treat me gently please » , « Le monstre et la bête »… Les yaoi ou Boys’ Love, ces mangas aux titres évocateurs connaissent un succès certain dans les rayons des librairies occidentales. Ils ont tous un point en commun : ils mettent en scène les déboires amoureux et marivaudages plus ou moins caliente entre deux hommes. Ces romances, dont la lecture s’est particulièrement développée dans les années 2010, continuent à séduire. Et sont encore au cœur d’avancées sociétales de la même manière que l’émergence du boys’ love a participé à faire évoluer la représentation de l’amour et de la sexualité auprès des jeunes filles japonaises dans les années 70.

Mort à Venise au pays du Soleil Levant

Dans les années 70, le Groupe de l’an 24, un collectif de femmes mangaka toutes nées l’an 24 de l’ère Shōwa, bouleverse le paysage du manga. Jusqu’à présent, le manga destiné aux filles, le shōjo était conçu par des hommes qui y faisaient leurs premières armes avant de passer du côté plus masculin de la force manga, le shōnen. Le genre peine à se renouveler jusqu’à l’arrivée de ces femmes qui puisent dans la culture européenne. La représentation de personnages masculins émancipe le crayon des mangaka qui imaginent des histoires interrogeant la sexualité et le genre. C’est à cette époque que sont conçus La Rose de Versailles (Lady Oscar) de Riyoko Ikeda, le tout premier shōjo moderne, mais aussi Kaze to Ki no Uta (Le poème du vent et des arbres) de Takemiya Keiko, le tout premier Boys’ Love de l’histoire.

Kaze to Ki no Uta est l’histoire de Gilbert Cocteau, un jeune homme volage qui vole le cœur des autres garçons de son école. Plot twist, on découvre que son oncle l’abuse. Il se rapproche d’un camarade de classe, Serge… Une histoire qui n’est pas sans rappeler l’obsession de Dirk Bogarde pour un très jeune homme, Tadzio dans Mort à Venise de Luchino Visconti. Le personnage du garçon incarné par Björn Andresen a d’ailleurs inspiré bien des Boys’ Love de l’époque. Le mouvement est lancé. Au Japon, en 1978, est créé le magazine June, spécifiquement consacré au genre.

Dans les années 80, les mangas les plus populaires font l’objet de parodies publiées sous forme de fanzine, les dōjinshi. On peut ainsi y voir les héros d’Olive et Tom s’engager dans des activités un peu olé olé. Il faudra cependant attendre la fin des années 90 et l’essor d’Internet pour que le genre connaisse un regain, pas seulement au Japon mais dans les pays occidentaux. Le manga dans sa globalité touche grâce à Internet une audience qui aime spéculer sur les personnages masculins de leurs histoires préférées.

Forums de discussion et fanfictions aidant, ces hordes de fans découvrent le yaoi. En Europe, des conventions s’organisent pour réunir les aficionados du genre. Des maisons d’édition, telles que Hana, se spécialisent dans la publication de ces mangas. Un engouement dans les pays occidentaux qui ne se tarira pas.

Le BL drama, outil de soft power…

Dans le monde des dramas Boys' Love, la Thaïlande est considérée comme le pays le plus prolifique. Ces séries sont communément appelées « Y series » , en référence au terme japonais « yaoi » . Dans un premier temps, comme le reste de l’Asie du Sud-Est, le pays importe du Japon sa dose de Boys’ Love avant de produire ses propres séries BL dès 2013. En 2016, la série SOTUS sort sur les écrans. Le drama représentant le rapprochement de deux élèves qui d’abord se détestent fait un carton en Thaïlande, mais aussi en Chine et à Taïwan. En 2020, le drama 2gether sort et conquiert jusqu’au Japon – pays originel, rappelons-le, du Boys' Love. La série a « cassé » Twitter plusieurs fois en étant dans les Twitter Trends japonais (et mondiaux). Au point que le gouvernement a organisé pendant la pandémie des visites virtuelles des plateaux où a été tournée la série. En avril 2022, l’ambassade de Thaïlande au Japon a tenu à Tokyo un « Thai Drama Festival » .

Sur les pages de fans, les Discord européens ou dans les critiques vidéo de BL drama, les productions thaïlandaises sont régulièrement citées comme les meilleures du genre. Entre 2014 et 2020, la Thaïlande en aurait sorti près de 60. Une production culturelle qui participe au soft power du pays, mais qui fait aussi avancer la société thaïlandaise dans sa politique intérieure. La Thaïlande est en effet un pays conservateur. Pourtant, en juin 2020, le gouvernement a approuvé une forme de PACS, permettant aux couples homosexuels d’adopter et de coucher sur leur testament leur partenaire.

… et d’avancée sociétale

Même en Chine, le genre est particulièrement plébiscité en dépit de la censure qui bannit toute représentation de l’homosexualité sur les écrans. Le drama The Untamed qui retrace les aventures de deux guerriers dans une Chine moyenâgeuse a dépassé les 10 milliards de visionnages sur la plateforme de streaming de Tencent et s’est largement exporté hors de Chine. Une tournée avec les acteurs a été organisée un peu partout en Asie du Sud-Est, et aussi aux États-Unis. De la série a même émergé un boys band réunissant le casting. Dans le panthéon des dramas chinois les plus regardés figure un autre Boys’ Love, Word Of Honor. Là, encore une bromance entre guerriers qui s’échangent des regards langoureux, sans jamais céder.

Au Japon, c’est grâce à un autre format que le genre peut dépasser la censure. Le « BL drama CD » est un livre audio racontant la romance entre deux hommes et qui connaît un grand succès, au point de squatter de temps en temps les charts nationaux. Et pour cause, le format présente l’avantage d’être peu cher à produire, mais surtout de pouvoir aller très loin dans la description de ces romances. Ce qu’une série, un film ou même un manga BL peut plus difficilement faire, pour ne pas être accusé de pornographie.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.