Philippe Nassif

Philippe Nassif, le conseiller qu'on a tant aimé

© Géraldine Aresteanu

Nous avons appris ce vendredi 18 mars 2022, avec une immense tristesse, le décès brutal de Philippe Nassif.

Philippe Nassif était un collaborateur régulier de L’ADN. Il était devenu le conseiller de la rédaction, et écrivait une chronique philosophique dans chaque numéro de notre revue.

Philippe avait aussi écrit, après de nombreux échanges ensemble, la raison d’être de L’ADN.

Il était donc très proche de nous. Il avait su mettre en mots ce que nous sommes, ce qui nous guide, et ceux qui ont lu les articles qu’il écrivait pour L’ADN savent à quel point il avait cette plume rare, cultivée, élégante qui savait mettre en perspective le présent face aux grandes pensées de l’Histoire. Il avait cet usage libre des idées et virevoltant des mots, à la fois délicat, précis, érudit, cool, drôle…

Philippe était d’une rare douceur, il était fin et profond. Chaque conversation avec lui était animée et féconde. Il savait écouter, aimait se livrer, risquer des comparaisons étranges, explorer des pistes de réflexion. Le ton ne montait jamais, mais l'atmosphère se chargeait d'une densité stimulante. Il y avait en lui cette part de sombre que n'ont que les grands blessés. Cette conscience du tragique lui donnait une profondeur et une humanité littéralement bouleversante. Tous ses courriers, même les plus triviaux, commençaient par "Cher·e"... Et c'était dans ces petits détails qu'on mesurait son amour pour la délicatesse. Il avait sans doute une inadaptation à la violence vulgaire du monde. Il nous aura offert de tâcher de lui préférer l'amitié – la Philia d'Aristote auquel il aurait tant voulu consacrer un nouvel ouvrage.

Je vous invite à lire le bel hommage que vient de lui rendre la rédaction de Philosophie Magazine, à écouter l’épisode de l’émission de France Inter Sous le soleil de Platon dans lequel il dialoguait avec Charles Pépin l’été dernier, ou encore à découvrir l’interview qu’il avait donnée à Technikart en juin dernier à l’occasion des 30 ans du magazine.

Diplômé de l’IEP de Paris et après une première vie de journaliste (Technikart, Philosophie Magazine), Philippe Nassif était devenu philosophe, conférencier, et accompagnait marques et entrepreneurs dans l'expression de leur vision stratégique. Écrivain, il avait notamment publié Pop Philosophie et La Lutte initiale. Quitter l’empire du nihilisme chez Denoël.

Philippe était aussi un ami. J’avais, et j’aurais toujours, une grande admiration pour lui. 

Aujourd’hui, à la rédaction, nous sommes toutes et tous en deuil, très tristes.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    Merci beaucoup pour cet hommage à Philippe Nassif, j’étais son beau frère depuis plus de 20 ans, il manquera toujours à ma famille. Luc Peyronnel

  2. Litera dit :

    Arrivée avec 5 mn de retard à la conférence de Charles Pépin, ce lundi, j’entends son nom associé à des verbes à l’imparfait. J’étais abasourdie. J’ai eu du mal à me concentrer sur la conférence. J’ai le souvenir d’une personne intelligente, très humaine qui dégageait à la fois humilité et sensibilité. Je suis très touchée pour ce décès brutal, particulièrement pour sa femme et sa fille.

  3. laurent president agence www.be-hearty.com dit :

    Je decouvre cette nouvelle avec stupeur et je partage votre profonde peine - j'ai vieilli synchronisé sur philippe comme j ai vieilli avec logan - je lisais ses chroniques - j achetais ce qu il critiquait
    je me souviens le voir quand on passait les examens agregation à arceuil ( pas obtenus ) avec sa tignasse
    Quelle tristesse mais il faut être spinoziste l evenement nassif - le rapport vitesse lenteur - l'acuité - sont eternels

  4. Ingrid Hoffmann dit :

    Magnifique portrait d'un homme que je ne connaissais pas mais qui semblait magnifique humainement.

  5. Anonyme dit :

    C’est un bel hommage que vous rendez à Philippe. Oui, il commençait toujours ses messages par « Cher(e),.. ». C’était sa finesse, son grain, sa singularité, il tentait de danser la vie avec beaucoup d’élégance. C’était un homme bon, infiniment bon. Il va tant nous manquer.

  6. Guillaume dit :

    Quelle tristesse, je ne le connaissais qu'indirectement à travers ses papiers et l'avais rencontré à la soirée de l'ADN et autres événements. J'en suis peiné et attristé. il était fin et solaire. Pensées pour lui et ses proches

  7. Anonyme dit :

    Mon cher Philippe, le plus précieux, cultivé et original des interlocuteurs. Tant d'esprit, de travail, d'intelligence, de bonté. Il nous faut apprendre à vivre sans toi et c'est un vertige.

  8. Anonyme dit :

    Je suis très peinée de cette nouvelle nous étions amis d’école élémentaire jusqu’en terminale je ne l’ai pas revu après mais enfant il était d’une douceur infinie d’une intelligence époustouflante toujours avec beaucoup d’humilité et de gentillesse .un bout de mon enfance est partie avec lui toutes mes pensées à sa famille . CJ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.