Du vlog à la fiction autobiographique :  comment le créateur Jack Usher a percé sur TikTok

Jack Usher, drôle d'acteur, a percé sur TikTok en documentant sa vie amoureuse

© Jack Usher via TikTok

Jeune comédien originaire de Brooklyn, Jack Usher a rencontré sa copine sur une appli de rencontres pendant la pandémie. Et il a décidé de tout feuilletonner, au fur et à mesure, à coups de vidéos TikTok. Il nous raconte comment il a séduit Ariane et 700 000 abonnés. Interview.

Ariane et Jack se sont rencontrés en ligne, en mars 2020. Lui est à New York, elle à Cleveland, mais il n’est pas question qu’ils se rejoignent – évidemment. Le monde est à l’arrêt. Qu’à cela ne tienne. Ils continuent de discuter sur Hinge, application de rencontres concurrençant Tinder. Lassés, ils se rejoindront sur Minecraft, joueront à des jeux en visio avant d’assister à un concert live sur la plateforme de jeu en ligne Club Penguin

Pour une amourette qui débute en pleine catastrophe sanitaire, le courant passe plutôt bien. Mais Jack Usher, jeune comédien, veut aller plus loin. Il décide de documenter toute leur histoire sur TikTok, sans se douter du carton qui l’attend. « Je venais à peine de m’inscrire sur TikTok et j’avais besoin d’un exutoire, se souvient le jeune homme de 28 ans. J’avais le sentiment que parler de notre rapport aux applications de rencontres avait du sens à ce moment-là, c’était une période étrange, alors j’ai commencé à faire ces pseudo “vlogs”. »  

Une romance virtuelle (et virale)

Sympathique, un peu geek, Jack Usher évoque sur son compte chaque étape de sa relation naissante avec beaucoup de naturel. Mieux, il dédramatise la drague en ligne, et rapidement, ça prend. « Aujourd'hui, “dater” en ligne implique de faire beaucoup plus de choses qu’avant, qu’il s’agisse de jouer à des jeux, d’aller à un concert ou de regarder la télé. Je pense que beaucoup de communautés en ligne s’y sont retrouvées, en particulier celle des gamers » , poursuit l’acteur.

Après plus d’un mois de romance virtuelle, la levée des restrictions permet enfin à Ariane et Jack de se rencontrer. Ils organisent une virée à vélo à travers Brooklyn – distanciation physique oblige et masques bien en évidence. « C’était la première fois qu’on se voyait. Je ne savais pas comment ça allait se passer, donc j’ai hésité à filmer la rencontre. Finalement, je l’ai fait. J’ai posté la vidéo et je me suis retrouvé avec plus d’un million de vues avant la fin de notre “date”. C’était un peu dingue alors j’ai fini par le lui avouer. Ça n'a pas eu l'air de la déranger, elle était même plutôt partante ! Alors j’ai continué. »  

Une série dont il est l’anti-héros 

De fil en aiguille, Jack Usher expérimente les formats autour de sa relation. Il ira même jusqu’à créer une série, NPC, autour de son amourette, celle à laquelle il doit ses quelques 770 000 abonnés sur TikTok. « C’est une fiction basée sur mon quotidien. Je me suis inspiré de cette rencontre, mais aussi de mes passions dans la vie de tous les jours » , explique celui qui vend aussi des jeux de société dans une boutique de quartier. « J’aime bien ce côté méta, faire des parallèles avec ma vie sans pour autant tomber dans le vlog autocentré. »

Le premier épisode de la série (dont la saison 1 est disponible en entier sur YouTube) le montre au comptoir de sa boutique. Il s’y dépeint comme un NPC ( « non-player character » ), un « personnage non-joueur » réputé pour être dénué de libre arbitre dans l’univers des jeux vidéo. Ce fameux « NPC » , à qui il n’arrive jamais rien d’habitude, va finalement rencontrer son antithèse, LE personnage principal de sa vie, qui n’est nulle autre qu’Ariane, la jeune femme qu’il a rencontrée quelques semaines plus tôt en ligne... 

Si la série fonctionne, c’est aussi parce qu’elle surfe sur ce phénomène populaire de la plateforme. Empruntée au langage des jeux vidéo, cette distinction entre « personnage non-joueur » et « personnage principal » pousse les jeunes internautes à se mettre en scène comme les protagonistes de leur propre vie.

« Il y a un vrai ressenti générationnel dans le fait de ne pas se sentir acteur de sa propre vie, de ne pas la contrôler, décrypte Jack Usher. Je pense que beaucoup de personnes de notre génération se voient comme des “NPC” par manque d’opportunité, d’un travail épanouissant, parce que l’économie part à vau-l'eau ou que le marché de l’immobilier est inaccessible… Être un “NPC”, c’est se sentir désemparé face à tout ça. » Mais le comédien voit plutôt le verre à moitié plein. « Je pense qu’on peut choisir son camp, décider d’être acteur de sa vie. Tout le monde peut être un personnage principal !  »  

Créer sur TikTok n’est pas de tout repos

Il y aura sûrement une troisième saison de NPC sur TikTok, mais Jack Usher continue d’expérimenter d’autres formats. Le comédien a lancé une autre série, Simon, dont la trame narrative évolue selon les commentaires de ses abonnés

@jack_usher

SIMON Trailer - Series starts Monday #simon #comment #series

♬ original sound - Jack

« Je voulais m’exercer à un format avec plus d’interaction, fabriquer une sorte de fiction dont vous êtes le héros » , explique le comédien, même s’il avoue que cette dernière fonctionne moins bien sur la plateforme. « C’est difficile de fabriquer un contenu créatif qui fasse plus de quelques secondes et qui se maintienne sur la durée, d’autant que souvent, les gens viennent sur ma page uniquement pour voir NPC, regrette Jack Usher. Ce sont les limites de TikTok et de son algorithme, mais c’est aussi un challenge. »

Pour le moment, il tease la suite de sa série phare. « Nous venons d’adopter un petit chien. Il risque d’y avoir un troisième protagoniste dans la prochaine saison… »

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.