premium 1
premium 1
Sébastien Danet et Thomas Jamet11/2016

Une campagne qui bouscule les préjugés sur le VIH

Le 23 nov. 2016

Une personne séropositive à beaucoup à vous transmettre… Mais pas le virus du sida.

L’agence TBWAParis signe pour AIDES une campagne impactante, à la veille de la Journée mondiale de lutte contre le sida.

De prime abord, les visuels interpellent : la sensualité qui s’en dégage, sous l’objectif du photographe Mathieu César, confère aux clichés une beauté très éloignée des campagnes de prévention classiques.

Les corps entrelacés délivrent un message fort, à rebours des préjugés qui sévissent encore aujourd’hui. On a tendance à penser qu’une personne séropositive sous traitement peut transmettre le virus du sida lors de rapports non protégés. Or, les médicaments antirétroviraux sont aujourd’hui efficaces au point de rendre le virus indétectable dans le sang ou les fluides sexuels. En France, 86% des personnes séropositives dépistées et traitées sont concernées, et donc en bonne santé.

« Il est de notre responsabilité de faire connaître cette information au plus grand nombre », explique Aurélien Beaucamp, Président de AIDES.

Ce qui pèse aujourd’hui le plus sur la qualité de vie des personnes séropositives, ce n’est pas le virus. Ce sont les discriminations quotidiennes qu’elles subissent.

Aurélien Beaucamp

Une étude menée en mars 2016 par l’association montre ainsi que 49,1% des cas de discriminations déclarées ont lieu dans le contexte sexuel… « Par peur du rejet, de nombreuses personnes s’empêchent d’avoir des relations affectives ou sexuelles, n’osent plus parler de leur pathologie, évitent de prendre leur traitement en public », commente Aurélien Beaucamp.

Avec cette campagne, AIDES met en lumière une autre image des personnes séropositives, aux antipodes de l’angoisse et du rejet.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.