premium 1
premium 1
actu_21572_vignette

Un petit trou de trop pour Desigual

Le 6 mai 2014

Desigual a provoqué l’indignation des espagnols : pour la Fête des mères, il met en scène une jeune femme qui perce sciemment un préservatif. La polémique enfle autour du geste et du message qu’il est censé transmettre.

La maternité est actuellement un sujet ultra-sensible en Espagne depuis que le gouvernement est revenu de manière drastique sur le droit à l’IVG : le gouvernement de Mariano Rajoy voudrait en effet que l’IVG ne soit autorisé qu’en cas de grave danger pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou parce que la grossesse serait la conséquence d'un délit contre la liberté ou l'intégrité sexuelle de la femme. Ce projet de loi a été adopté en Espagne et depuis les militants IVG n’ont de cesse de faire entendre leur voix.

Aujourd’hui, la marque de prêt-à-porter Desigual semble surfer sur le sujet avec sa campagne #tudecides réalisée pour la Fêtes des mères. Le film met en scène le mannequin Isabelle Cañete qui s’amuse, face à un miroir, à glisser un coussin sous sa robe pour se voir en mère. Un geste plutôt anodin s’il n’était suivi par un autre plus conséquent : la belle s’amuse ensuite à percer des préservatifs à l’aide d’une aiguille. Le film s’achève par un  ‘Bonne Fête des mères !’, suivi de la signature de la marque: "La vida es chula" (La vie est cool).

Un hommage aux femmes décidées et indépendantes, selon la marque, qui a fortement  déplu aux espagnols : si certains ont cru à un moment que cette campagne allait dans le sens des pro-IVG qui militent pour que les femmes puissent être libres de leurs choix, d’autres ont clairement assimilé le film à une campagne pro-vie. Toujours est-il que la majorité des espagnols a jugé le message irresponsable. Avec ce film et en marge du débat sur l’IVG, la marque semble également cautionner l'attitude des femmes qui cherchent à avoir un enfant sans prévenir leur partenaire ou, pire encore, faire la promotion des barebacker, ces personnes séropositives qui contaminent sciemment les autres en perçant discrètement le préservatif avec une aiguille. 

La réaction de Desigual ne s’est pas fait attendre. Sur son blog, la marque précise qu’à aucun moment elle n’a voulu heurter la sensibilité des spectateurs : elle voulait au contraire rendre hommage aux personnes indépendantes, libres et qui poursuivent leurs rêves. Une volonté et une athmosphère optimiste dans la lignée des précédents opus publicitaires : Tengo un plan, Hazlo por la mañana, Yo me atrevo. Toujours sur son blog, Desigual rappelle qu’il s’agit d’une fiction et que chacun est libre de son interprétation ; sa seule intention était de susciter une réflexion chez le téléspectateur : « Percer un préservatif est un acte qui permet d'attirer l'attention, comme on allume une allumette dans le noir ou que l’on fait éclater un ballon dans le silence. Allumer une allumette va au-delà de la pyromanie en termes de symbole : ce geste peut-être le symbole d’une idée vouée à éclairer, inspirer. […] Un symbole, une métaphore… ». Une tentative d'explication bien maladroite de Desigual.

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.