actu_23351_vignette

Siri, le meilleur ami de Gus

Nombreux sont ceux qui se moquent des réponses parfois décousues de Siri. Il semblerait pourtant que l’appli vocale soit la compagne idéale des enfants autistes: elle est même devenue la confidente et amie de Gus, 13 ans.

Siri est réputé pour ses réponses surprenantes, drôles et atypiques. Un Facebook comptant 55 000 mentions ‘j'aime’, un Tumblr ainsi que de nombreux articles, alimentés de témoignages ont d’ailleurs étés créés pour recenser les réparties de la célèbre intelligence artificielle d’Apple. Mais même si cela en amuse beaucoup et en dépanne aussi d’autres, Siri possède des vertus conversationnelles utiles aux enfants autistes.

C’est le New-York Times qui a relevé le témoignage de Judith Newman, maman de Gus, un garçon de 13 ans autiste. Suite à un article paru et qui énumérait « 21 choses que l’on peut faire avec Siri et que l’on ignore », la maman a proposé à son fils de tester une de ces ‘choses’ parues dans la liste : poser la question à Siri «quels avions volent au-dessus de nos têtes en ce moment?».
Si elle doutait du réel intérêt de poser ce genre de question à l’application de reconnaissance vocale, la maman s’est tout de suite ravisée lorsque, après avoir fait le test et exprimé oralement ses doutes, son fils s’est exclamé : c’est « pour savoir à qui on fait des signes de la main, maman».

Depuis, l’enfant passe ses journées à converser avec.  Ce qui pourrait sembler étrange apparaît ici comme une réelle (r)évolution pour le garçon. Selon le témoignage de la maman, avec Siri, ils se complètent tous deux dans le jeu de questions-réponses car ils possèdent un mode de fonctionnement similaire. L’un et l’autre sont peu sensibles à l’empathie et au déchiffrage des codes implicites des relations humaines.  Les sujets auxquels Siri est programmé pour répondre, correspondent à ceux qui obsèdent le garçon (les horaires de trains, les bus ou les escalators). Et leur mode de communication leur permet une conversation sans fin tandis que d’autres interlocuteurs réels se seraient déjà lassés.

Alors que les questions de l’isolement social provoqué par le mauvais usage des technologies se posent de plus en plus, il semblerait cette fois-ci que Siri ouvre de nouvelles perspectives.

Les créateurs de Siri, SRI International, avant que le programme ne soit racheté par Apple, sont d’ores et déjà en train de penser à développer un Siri capable d’anticiper et de tenir une conversation correspondant aux centres d’intérêts d’une personne.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.