premium 1
premium1
campagne sécurité routière en direct

Simuler une mort en direct pour sensibiliser ?

Le 19 janv. 2017

Une agence a simulé la « mort en direct » d’Ashley Waxman Baksho la vlogueuse israelienne la plus connue dans son pays.

 

Pour sensibiliser aux dangers du téléphone au volant qui serait impliqué dans 80% des accidents, BBR Staachi & Saatchi et l’association Or Yarok (association visant à prévenir des risques sur la route) ont eu l’idée de « tuer » la vlogueuse pour reprendre les termes de l’agence. Cette vidéo est en réalité un faux direct qui a été suivi par 2500 fans.

 

Or Yarok - Live kill

Frapper fort en collant aux usages

Si l’idée de simuler une mort en direct peut déranger, rappeler de tristes nouvelles, voire choquer, s’est avéré être une nécessité comme l’explique Eva Hasson, planneuse stratégique en charge de la campagne. Partant du constat que cette génération est bercée aux campagnes chocs de la sécurité routière, ces publicitaires ont décidé de monter d’un cran dans l’échelle du choc. Une ascension sans fin ?

 

Les vlogueurs : nouveaux influenceurs de la prévention

Cette opération n’est pas sans nous rappeler l’utilisation de plus en plus fréquente d’influenceurs / vlogueurs pour la bonne cause. Cela a par exemple été le cas au Royaume-Uni en 2012. Pour prévenir des risques du maquillage au volant qui aurait causé 500000 accidents dans le pays, des concepteurs avaient fait appel à Nikkie de la chaîne Nikkie Tutorials pour sensibiliser à ce sujet.

Please Don't Make Up & Drive.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.