actu_23177_vignette

L’écart salarial, un problème de taille

La parité des salaires n’existe pas et ce n’est un secret pour personne. Mais Sarah Kate Silverman a trouvé LA solution : devenir un DUDE en se faisant greffer un gros PENIS. C’est si simple que ça.

L’actrice et humoriste, connue pour ses apparitions osées et ses sujets féministes tabous, soulève à nouveau la toile. Elle revient à coups de poing, plus ironique et cynique que jamais à travers sa vidéo : Sarah Silverman Closes the Gap réalisée par l'agence Droga5. Sa nouvelle bataille : la différence des salaires entre hommes et femmes, quelque soit leur emploi.

Elle y démontre qu’en moyenne, sur une année à temps plein, pour 1$ gagné par un homme, une femme n’est payée que 75 cents (Source : NWLC analysis of US Census Bureau). Une différence qui peut paraître minime mais qui, cumulée jours après jours, mois après mois et années après années, peut représenter des sommes colossales.

Et c’est avec une vulgarité totalement assumée, qu’elle dévoile sa trouvaille pour résoudre ce problème de taille tout en jouant avec les mots. Aussi lourdement que peuvent l’être les blagues macho, elle prend le problème au pied de la lettre. Ainsi l’écart salarial (wage gap) peut tout simplement se régler en comblant l’écart laissé entre nos cuisses grâce à la greffe de pénis et de testicules. Et il est conseillé d’en choisir un de taille conséquente. Le salaire n’en sera que plus élevé.

Mais cette grande folle ne s’arrête pas là. Pour pousser à l’action, un appel au don est lancé sur le site equalpaybackproject.com à travers une suggestion de différentes sommes, celles-ci étant comparées à la perte de salaire d’une femme comparé à celui d’un homme : 15$ équivaut à une demi-journée de travail, 209 $ à une semaine, 906$ à un mois, 10 876 $ à un an, 108 762 $ à 10 ans et durant toute une carrière, 29 811 746 430 000 $.

Au final, la somme sera reversée à la National Women’s Law Center, une organisation à but non lucratif soutenant la condition des femmes et l’égalité entre les sexes, au niveau législatif et éducatif. Ces soutiens lui permettront de peser davantage et d’appuyer au Senat la Paycheck Fairness Act, la législation visant à réduire les disparités entre hommes et femmes aux Etats-Unis.

Une satire du monde du travail dominé par l’hégémonie de l’homme et qui souligne d’un rire très jaune et bien gras les injustices faites aux femmes. Une campagne à prendre au second degré, mais qui prouve que les femmes ont bel et bien de l’humour.

 

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.