actu_29656_vignette_alaune

Diesel et la génération Z

Le 20 janv. 2016

« Le digital plus réel que la réalité ». C’est en partant de ce constat que Diesel a créé une campagne autour des codes de la jeune génération. Tinder, textos, emojis, hashtags... ils sont tous là.

Selfies, drague en ligne, smileys… On l’aura compris : les publicités aiment à surfer sur les codes d’une ère numérique qui ne semble plus appartenir qu’à des adolescents en mal d’interactions. Diesel ne fait pas exception, et la marque a articulé sa campagne automne / hiver 2016 autour de ce qui a déjà servi de colonne vertébrale à bon nombre d’annonceurs.

  

 

On y retrouve des jeux de séduction plus ou moins virtuels, du swipe au like au following en passant par les sextos enflammés. Toujours avec un culte de l’esthétique et de l’image propre au langage actuel.

 

Pensée par l’agence Spring Studios à New York, Andres Neophytou, Directeur Créatif, a décrit la campagne comme un « commentaire sur la culture et la célébrité (Joe Jonas, chanteur à ses heures perdues, figure par ailleurs dans les vidéos, NDLR) auprès de la génération post-digitale. (…) Nous sommes complètement transparents vis-à-vis de l’endossement publicitaire de la part des célébrités, le dating en ligne, le surf sur les sites pornographiques, et l’obsession de soi ».

 

 

Par ailleurs, la marque a annoncé qu’elle diffuserait ces publicités sur Pornhub et Grindr. Question de cohérence ou d’opportunisme ? « Etant LA marque de jeans culturellement pertinente, il est important pour Diesel d’avoir des conversations avec le public qui soient à la fois intimes et honnêtes », a déclaré Richard Welch, Directeur mondial de la stratégie chez Spring Studios. « Ces partenariats avec Grindr et Pornhub permettent à Diesel de s’adresser sans tabou à de nombreux gens qui viennent passer du temps, à l’occasion, sur ce type de supports ». 

Mélanie Roosen - Le 20 janv. 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.