habillage
premium1
premium1
actu_24145_vignette

Dévoré par un anaconda

Le 10 déc. 2014

1-800 Contacts se moque ouvertement du bad buzz généré par Discovery Channel et l’homme qui voulait se faire avaler par un anaconda vivant. Beaucoup plus drôle et pour le coup, moins dérangeant.

Depuis quelques semaines, Paul Rosolie, un soi-disant fervent militant acharné pour la défense de la forêt amazonienne, déclarait un peu partout sur la toile s’être fait dévoré vivant par un anaconda. Teaser du documentaire qui devait être diffusé dans l'émission Eaten Alive sur Discovery Channel à l’appui, il prétendait avoir pu attirer l’animal grâce à du sang et s’être fait ingéré. Cet « exploit » avait suscité de nombreuses critiques, notamment de la part de PETA qui s’inquiétait du sort de l’animal.

Dimanche soir, il semblerait que les spectateurs aient été fortement déçus. Paul Rosolie, malgré la combinaison en acier spécialement conçue pour l’occasion, aurait avoué ne pas avoir pu mener l’expérience à termes. « J'ai commencé à sentir que ma main n'était plus irriguée, que l'os commençait à se tordre et qu'il allait casser », a expliqué Paul Rosolie. Il avait certainement oublié que le plus gros serpent au monde, étouffe généralement sa proie avant de l'ingérer. S’il a renoncé, il a néanmoins prouvé avec brio que la bêtise humaine n’a pas de limites et permis à une marque de lentilles de rebondir avec beaucoup d’humour. Le pitch : c’est l’histoire d’un homme qui ne peut en aider un autre coincé dans le ventre d’un anaconda. Son excuse ? Il n’a plus de lentilles, cela risque même de compromettre son safari plongée à Cancun avec sa femme...

Un film qui met en scène un homme véritablement englouti, contrairement à Paul Rosolie qui n’a utilisé la supercherie que pour faire de la pub à Discovery Channel. Une mise en scène loufoque orchestrée par l'agence Pereira & O'Dell pour la marque de lentilles 1-800 Contacts.

 


Sylvie le Roy - Le 10 déc. 2014
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.