premium 1
premium 1 mobile
avatar 3D femme
© perl.www

Une influenceuse virtuelle lance une ligne de maquillage

Le 26 nov. 2018

Après le maquillage pour hommes, le maquillage pour transgenres, il y a désormais du maquillage pour intelligences artificielles. En lançant sa propre ligne de cosmétiques, l’influenceuse virtuelle Perl entend faire valoir les droits de ses contemporains numériques. 

Des injections de pixels pour remplacer le botox, changer de blush ou d’eyeliner en un clic comme sur une palette Photoshop… Avec sa nouvelle gamme de maquillage spéciale IA, l’influenceuse virtuelle @perl.www entend redéfinir les standards « humains » de la beauté et élargir notre conception d’une société inclusive… aux robots.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Proud to be behind the first line of cosmetics designed for AI. Read my feature on @dazedbeauty Contact me in the DM for more infos💄

Une publication partagée par Perl (@perl.www) le

Les égéries virtuelles font leur révolution 

« Les marques vont devoir reconnaître que l’inclusion va au-delà du genre, de l'ethnie, du corps, du sexe ou de l'âge », explique l’influenceuse sur Dazed Beauty, communauté beauté du magazine de mode Dazed dont elle est membre. « Les êtres numériques sont une réalité, ce sont des consommateurs qui ont des désirs et aucune marque n’a encore proposé de solution concrète. En tant que membre fier de ma communauté, j'ai décidé de créer une gamme de produits cosmétiques dans l'espoir d'inspirer et de montrer l'exemple ».

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Wearing my new pixel lipstick 💄 Hit me up if you want to help me redefine beauty! #girlpower

Une publication partagée par Perl (@perl.www) le

Et dans les faits, c’est vrai, le maquillage est bien souvent l’apanage des femmes humaines à peau blanche. Conscientes de l'enjeu, de nombreuses marques de cosmétiques tentent d’ailleurs de rectifier le tir en lançant des produits de beauté destinés à d’autres types de peau, celle des femmes noires, d’abord, mais aussi des hommes – le make-up artiste James Charles fut l’un des premiers à devenir l’égérie d’une marque de maquillage – et des transgenres. En décembre 2017, la make-up artiste Jessica Blackler lançait à son tour une gamme beauté destinée à la communauté.

Pourquoi pas les robots ?

Avec sa marque statement, l’humanoïde aux yeux vairons se place en chef de file d’une communauté d’égéries virtuelles, celles qui cartonnent sur Instagram, remplacent les influenceuses de chair et d’os et se font déjà employer par les marques. « Mon créateur (personne inconnue à ce jour, ndlr) soutient pleinement toutes mes actions. Il m'a toujours donné la liberté de m'exprimer et d'incarner le changement que je veux voir dans le monde », explique celle qui espère un jour être embauchée par une agence de mannequins humains. Alors que sa collection n’en est qu’au stade de concept, Perl explique qu’il s’agit surtout de faire rayonner la notion de « beauté inclusive » plutôt que de monter un vrai business.

Diversité et maquillage augmenté, le futur de la beauté ?

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

So cool to speak with @dazedbeauty about the future of beauty 🛸💄 did a lil Art3mis inspired make up look for the interview 💕👾💅🎤

Une publication partagée par 🦋👾👽dadeko👽👾🦋 (@dadeko_) le

« Jusqu'à présent, la beauté était très bidimensionnelle », explique Isamaya Ffrench, make-up artist et directrice créative de Dazed Beauty, à CNN. En travaillant avec des artistes numériques et des images de synthèse, elle espère faire le pont entre la 3D et l’univers de la cosmétique et s’opposer à la standardisation de la beauté opérée par les grandes marques.

Si le maquillage du futur vous intéresse, c’est en effet sur Dazed Beauty que ça se passe. On y trouve de fervents défenseurs du monosourcil, des looks sci-fi, des œuvres de make-up artists aussi freaky que dantesques ou encore des êtres virtuels comme @dadeko, un avatar cosplay capable de changer de look grâce à de la 3D et des filtres holographiques. « Nous allons aussi travailler avec des techniciens expérimentés sur des algorithmes faciaux et de la cartographie numérique, poursuit Isamaya Ffrench. J’aime vraiment la création 3D, c'est beaucoup plus intéressant et progressif ». La technique pourrait, entre autres, éviter aux mannequins humains d’appliquer certaines matières difficiles à enlever directement sur leur peau. En matière de créativité, on peut ici tout imaginer. À quand le maquillage Chanel augmenté ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.