habillage
premium1
Une papaye et un concombre sur fond bleu ciel
© Milkos via Getty Images

5 cas où le design s'est avéré sexiste

Le 21 mai 2019

Téléphones, toilettes, uniformes, voitures et ceintures de sécurité… Les algorithmes ne sont pas les seuls à cultiver stéréotypes et biais sexistes. Alors qu’une majorité d’objets et services du quotidien sont pensés par et pour des hommes, beaucoup sont dangereux pour les femmes.

Faire tomber son téléphone portable parce qu’il a été pensé pour des mains d’homme, faire la queue pendant des heures et louper son concert pour réussir à uriner, se battre avec son correcteur automatique sur Word parce qu’il refuse de féminiser un mot… Ces tracas et agacements du quotidien sont bien connus des femmes. D’ailleurs, elles n’ont souvent d’autre choix que de s’adapter à un monde où rien n’est véritablement pensé pour (et par) elles. Alors que certains aléas peuvent sembler anecdotiques, d’autres mettent carrément en péril leur sécurité. Équipements, fonctions, produits, services… voici une liste (non exhaustive) de cas à repenser.

Les conductrices ont plus de risques d’être blessées lors d’un accident de voiture

Lorsqu’une femme est impliquée dans un accident de voiture, elle est 47% plus susceptible d’être sérieusement blessée, 71% plus susceptible d’être légèrement blessée et 17% plus susceptible de mourir, rapporte The Guardian. « Même lorsque les chercheurs contrôlent des facteurs tels que la taille, le poids, l'utilisation de la ceinture de sécurité et l'intensité de la collision ». En cause, des tests règlementaires pensés pour la morphologie des hommes à l’aide de mannequins Crash-Test plus grands et plus lourds qu’une femme à la morphologie moyenne. « Le mannequin le plus couramment utilisé mesure 1,77 m et pèse 76kg », révèle le journal. Aux États-Unis, il faudra attendre 2011 pour que les premiers mannequins féminins soient utilisés lors de tests de sécurité, bien que leurs standards soient encore discutables. Aujourd’hui, beaucoup de constructeurs automobiles se contentent d’utiliser des mannequins masculins « réduits ». Or, la morphologie des femmes est radicalement différente. « Nous avons une distribution de masse musculaire différente. Nous avons une densité osseuse inférieure. Il existe des différences dans l'espacement des vertèbres. Même notre corps est différent. Et ces différences sont toutes cruciales en ce qui concerne le taux de blessures dans les accidents de la route », rappelle la journaliste.  

En open space, les femmes « se les gèlent »

Une étude néerlandaise publiée en 2015 révèle que la température de nos bureaux est en moyenne 5 degrés trop froide pour les femmes. Pourquoi ? Parce que les standards dictant la régulation de la température dans de nombreuses tours de bureaux ont été pensés dans les années 60 pour le métabolisme d’un homme de 70 kilos. « Les femmes, qui ont généralement un corps plus petit et une masse musculaire moindre, ont naturellement un peu plus froid que les hommes », rapporte Kat Ely dans un article Medium.

Les médicaments soignent mieux les hommes que les femmes

Selon une étude parue dans Science et Vie en 2014, les médicaments soignent mieux les hommes que les femmes. Pire, certains sont même dangereux pour la santé de ces dernières. En cause, des tests de médicaments généralement réalisés sur des animaux mâles pour éviter que les hormones ne « faussent » le résultat… « La plupart des recherches biomédicales et cliniques ont été basées sur l'hypothèse selon laquelle le mâle peut servir de représentant de l'espèce, argumente la chercheuse Viviana Simone dans une étude parue en 2005. Cela s'est fait en dépit d'une prise de conscience croissante que les femmes et les hommes ne sont pas égaux face aux problèmes de santé. Ils et elles réagissent différemment aux médicaments et à d'autres interventions. À la fin de la décennie précédente, 8 médicaments sur ordonnance sur 10 ont été retirés du marché américain, car ils entraînent des risques statistiquement plus importants pour la santé des femmes. »

Des uniformes professionnels non adaptés

C’était en mars dernier. L’agence spatiale américaine organisait la première sortie spatiale exclusivement féminine avec les astronautes Christina Koch et Anne McClain. Manque de pot, cette journée historique n’a finalement pas eu lieu faute de combinaison adaptée disponible pour l’une des deux participantes. C’est bête oui. Mais dans certains corps de métiers, ce type d’inégalité peut même être mortel. C’est le cas des forces de police qui ne proposent que rarement des équipements adaptés aux femmes, rapporte The Guardian. Afin de vérifier l’actualité de cette source, une requête Google (équipement - police - femme) nous a d’ailleurs mené vers ce charmant site de déguisements.

déguisement sexy femme police

Pour les femmes opérant réellement dans les forces de l’ordre, s’équiper en toute sécurité n’a rien de simple. En plus de laisser peu de place aux seins, les gilets pare-balles peuvent aussi s’avérer faillibles. « En 1997, une policière britannique a été poignardée et assassinée alors qu’elle pénétrait dans un appartement à l’aide d’un bélier hydraulique. Elle avait enlevé son gilet pare-balles parce qu'il était trop difficile d'utiliser le bélier tout en le portant, rapporte le journal. Deux ans plus tard, une policière a révélé qu'elle avait dû subir une réduction mammaire à cause des effets du port de son gilet pare-balles. Après que cette affaire eut été rapportée, 700 autres officiers de la même force se sont plaints du port du gilet comme protection standard ».

Hommes femmes à tout faire

Les stéréotypes veulent aussi que les femmes soient moins bricoleuses que les hommes. Mais… imaginons un instant que les outils vendus en rayon soient aussi faciles d’utilisation pour tous types de population ? Selon la designer Kat Ely, certaines marques s’y mettent déjà et ont tout à y gagner en matière de business. « Makita est l'une de mes sociétés d'outils préférées. Leur perceuse est plus petite et plus légère, mais est toute aussi puissante. Elle est plus facile à tenir et cause moins de fatigue, ce qui est avantageux pour une femme ou un homme qui gagne sa vie avec des outils utilisés et trimbalés toute la journée sur un chantier. Elle n’est pas rose. Elle n’est pas brandée "pour les femmes". C’est un outil conçu pour tous et qui répond aux besoins d’un public plus large ». C’est d’ailleurs ainsi qu’OXO, fabricant d’ustensiles de cuisine, a bâti son succès. Derrière la marque, une histoire de vie que nous relatait Frédéric Serrière, conseiller en stratégie sur le marché des seniors : celle d’une femme âgée souffrant d’arthrite et devenue incapable de cuisiner. Pour qu’elle puisse continuer à le faire, son mari a imaginé une série d’outils de cuisine faciles à manier. « Le succès est aujourd’hui à la fois international et intergénérationnel. Tout le monde a besoin d’ustensiles de cuisine mais si en plus ils sont faciles à manier, c’est gagné. » 

En design, adopter une démarche inclusive profite généralement au plus grand nombre !


À LIRE :

Racisme, sexisme : peut-on arrêter les algorithmes ?

Démonétisation, invisibilité et harcèlement : la triple peine des femmes sur YouTube

Qu’est-ce qu’une entreprise réellement inclusive ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.