habillage
Tendances 2017 M6

3 tendances incontournables pour 2017 selon M6

L'ADN
Le 30 mars 2017

Identité augmentée, hyper-fluidité des marques, nouveau contrat social induit par la robotisation et les IA, les tendances 2017 de M6 jouent sur les frontières entre science fiction et des changements déjà présents.

Demain tous indéfinissables ?

Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Que fais-tu ?... Trop précis, trop enfermant, les marqueurs de l’identité ne font plus sens. En première ligne de cette tendance : la reconnaissance des transgenres. Tout d’abord dans les médias où leur représentation s’est accrue ces dernières années : Une de Vanity Fair, Une de National Geographic, Une de Vogue… mais aussi dans les documents officiels comme c’est par exemple le cas au Népal, où les transgenres peuvent désormais cocher la case O « Other » en lieu et place de M « Male » ou F « Female ».

Concernant nos origines, pour Kim Younes, Directrice du Marketing de l’Innovation et des Études pour M6 Publicité, « même si les tendances isolationnistes sont présentes dans de nombreux pays, auprès de certaines populations, notamment celles qui sont le plus impactées par la crise économique, globalement, la tendance profonde va vers des sociétés plus mixtes, et plus entremêlées pour une identité augmentée ». Les tests ADN sont d’ailleurs là pour nous le prouver comme dans la campagne Momondo qui proposait à des personnes convaincues de leurs origines de découvrir ce qu’elles sont vraiment grâce à un test ADN effectué à partir de leur salive. Une vidéo qui totalise plus de 16 millions de vues.

Momondo test ADN

Une utilisation du test ADN qui n’est pas sans nous rappeler le Genographic Project de National Geographic qui vise à reconstituer l’ADN de l’humanité. Un moyen de recréer une unité à l’heure où l’ambiance générale est à la division…

Si le sexe ou les origines ne suffisent plus à se définir qu’en est-il de la définition par son métier ? Et bien il semblerait que cela soit ne fonctionne plus… non plus ! Comme l’explique Kim Younes « avec des robots qui devraient voler une partie de nos jobs (25 à 50% selon les sources), et 2/3 des emplois qui existeront en 2030 qui n’existent toujours pas aujourd’hui… le métier sera lui aussi, avant toute chose caractérisé par sa modularité ». Pour accompagner les individus dans ce nomadisme, les technologies sont là, notamment sur le sujet de la langue. C’est par exemple le cas de la start-up Waverly Labs qui promet de traduire une conversation en 5 langues grâce à une oreillette intra auriculaire. Tour de Babel à laquelle s’est également attaquée Skype avec son service de traduction en direct.

Dans ce monde en mouvance constante, la réalité virtuelle apparaît comme un moyen efficace de voyager et emprunter de nouvelles personnalités à moindre frais. Découvrir la sensation de voler avec Birdly ou se mettre dans la peau d’un renard avec BBC Planet Earth sont autant d’expériences d’ores et déjà possible.

L’agilité. Nouveau caractère indispensable aux marques

Pour M6 Publicité les marques devront être « snackables », sympathiques et faire sens pour séduire les consommateurs en 2017.

Pour faire face à la baisse d’attention, proposer un contenu court au bon endroit, au bon moment tout en demandant un effort limité à l’individu est devenu un facteur clé de succès. C’est notamment pour cela que la pratique du News Jacking s’est développée. Ces réactions courtes et malines aux actualités permettent aux marques de toucher un maximum de personnes en un minimum de temps et très souvent pour des coûts très faibles. Pour Kim Younes, « cette année, c’est Reebok qui a brillé dans l’exercice, après que le patron de New Balance ait pris position en faveur de Donald Trump de nombreux consommateurs de la marque se sont insurgés sur Twitter et ont menacé de brûler leurs sneakers. Reebok a saisi l’occasion pour s’adresser à ces consommateurs déçus et leur proposer une paire de Reebok neuves».

Afin de renforcer leur relation aux consommateurs, les marques se transforment également en « bon pote ». Elles proposent des espaces plus conviviaux, comme la MAIF avec son Social Club pour échanger autour de l’innovation sociale, ou Le Bon Coin et la marque Sézanne qui ont chacune créée leur « appartement ». In fine, on passe chez une marque comme on passe prendre un café chez un pote. Et tout comme un bon pote, les marques ne se cantonnent plus à un rôle, c’est ainsi qu’Uber vous livre aussi à manger, Airbnb vous conseille dans votre voyage, Bio C’ Bon s’occupe de vos plantes en votre absence avec son service de « plant-sitting »… les marques n’hésitent plus à sortir de leur cœur de métier pour gagner votre sympathie (la relation commerciale n’étant bien entendu jamais loin).

Le tout sur un fond d’engagement et de valeurs partagées comme vous le ferez avec un ami, « quelles sont les idées de cette marque ? Que compte-t-elle faire ? Quelles sont ses convictions ?... sont des questions qui ont pris un poids considérable dans le choix d’une marque » explique la Directrice du Marketing de l’Innovation et des Études. A titre d’exemple, la dernière campagne Diesel « Make Love Not Walls » prend parti dans un débat de société.

Un nouveau contrat social

Sous l’impulsion de l’intelligence artificielle, les robots ont pris de plus en plus de place dans nos vies. On se pose désormais la question de savoir comment nous allons vivre avec eux. Comme l’explique Kim Younes « le robot est devenu un assistant 5 étoiles, on parle de robotique collaborative ou « cobot ». Un robot qui se met au service des humains et qui a besoin de ces derniers. Nous avons pu voir plusieurs initiatives se développer dans ce sens : la valise Gita de Piaggio qui vous suit dans vos déplacements, Wiigo, le chariot autonome d’Intermarché ou encore les Intelligent Parking Chair de Nissan, des chaises qui se rangent seules ».

Phénomène auquel il faudra ajouter la montée des interfaces vocales, que cela soit pour piloter sa box comme le propose l’application Ola sur les box Orange ou la poubelle Simple Human qui s’ouvre à la commande de votre voix, tout devrait être pilotable à l’aide de vos cordes vocables, et ce n’est pas le succès d’Alexa sur le sol américain qui va venir vous contredire.

Avec un lien toujours plus fort entre humain et intelligences artificielles se pose désormais la question des sentiments que soulève notamment le film HER, ou le livre de Serge Tisseron « Le jour où mon robot m’aimera ». Des IA si douces, serviables devançant la moindre de nos envies, qu’on pourrait en venir à exprimer des sentiments pour elles…

Gatebox Virtual Home Robot
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.