23talk1-videoSixteenByNine1050-v2

Médias : place aux jeunes !

Le 29 août 2016

Le speech fait mouche. Shane Smith, président-fondateur de VICE Media, invite les médias à laisser la génération Y à prendre les rênes...

"30% des médias vont disparaître ou fusionner cette année"

Shane Smith

La posture de Shane Smith oscille entre l’ironie provocante et le discours guerrier venu donner le sens de la marche aux professionnels des médias présents lors du Edinburgh International Television Festival.

Après 8 minutes de show où l’homme se projette à la tête de la BBC dont il n’hésite pas à faire la critique cinglante, tout en ponctuant son discours d’anecdotes personnelles et de « com’on Scotland » pour chauffer la salle à la façon d’un humoriste,  Shane Smith rentre dans le vif du sujet : « cette année sera un bain de sang, les nouveaux médias vont se consolider ou être rachetés par les médias historiques ». Même s’il reconnait n’avoir aucune « boule de cristal pour prédire le futur paysage média » le président explique les signaux annonciateurs du changement sont forts. Parmi le plus fort d’entre eux, les rumeurs sur l’acquisition de Time Warner et de Netflix par Tim Cook, CEO d’Apple. « Imaginez le niveau de disruption » commente Shane Smith avant d’affirmer que « d’ici très peu de temps les Big Five vont devenir les Big Three » tant les rachats devraient être important au cours des prochains mois. Pour l’homme, les signaux ne trompent pas « Viacom implose, ComCast rachète Dreamworks, AT&T rachète Direct TV, rachat de Gawker par Univision, Comcast prend de grandes parts dans BuzzFeed et Vox, Axelle Springer a racheté Business Insider, Verizon et Hearst ont racheté Complex… 30% des médias vont disparaître ou fusionner cette année ».

« Cette année sera un bain de sang, les nouveaux médias vont se consolider ou être rachetés par les médias historiques »

Shane Smith

Raison principale de ces mouvements ? Le business model basé sur le spot de 30 secondes qui est totalement dépassé : « la base du business model de la TV est dysfonctionnel. Ce qui l’oblige à muter », d’autant plus que le programmatique et les adblockers ne cessent de progresser.

 

"La génération Y a le meilleur détecteur de conneries qui puisse exister"

Shane Smith

Mais pour Shane Smith ces mutations sont avant tout portées par une génération unique qui « possède une pensée globale, très éduquée, ethniquement diversifiée, et difficile à atteindre (…) avec ces atouts, cette génération a le meilleur détecteur de conneries qui puisse exister ». Après avoir rappelé qu’il « ne suffit pas de mettre un skate dans un programme pour que les millenials accourent »,  l’homme rentre dans une apologie du native advertising comme meilleur moyen d’atteindre les millenials en leur proposant un contenu « intéressant » plus qu’intéressé. Pour ce faire, le contenu, doit lui aussi avoir du sens dans un monde totalement déréglé, plus particulièrement d’un point de vue environnemental : « Si nous voulons réduire les émissions de carbone de 80%, ce que nous devons faire pour survivre, nous devons travailler tous ensemble pour ce changement. Et les médias sont les acteurs qui ont le plus besoin de changer ».  Car comme l’explique le fondateur « le paysage média est chaotique en termes de diversité des programmes ». American Idol, The Voice… beaucoup des grands programmes stars à l’international en prennent pour leur grade. Pour Shane Smith, « la génération Y se rend compte que ces types de programmes sont de la merde et qu’ils ne vont pas nous aider à atteindre nos objectifs qu’ils soient culturels, sociaux ou économiques ».

 

 

"American Idol, The Voice... la génération Y se rend compte que ces types de programmes sont de la merde et qu’ils ne vont pas nous aider à atteindre nos objectifs qu’ils soient culturels, sociaux ou économiques"

Shane Smith

Fort d’un bassin d’audience composé en grande partie de cette fameuse génération Y, le fondateur en profite pour rappeler les thèmes les plus consultés par ces mêmes jeunes : « leurs passions ? la musique en n°1, puis l’environnement, les droits civils, les différences de salaire, la justice sociale, les thématiques LGBT. Cela démontre de quel côté de l’histoire ils veulent être. Mais ont-ils accès à des médias qui leur permettent d’assouvir cette passion ? La réponse est non ». Et ce changement vers des contenus plus sérieux n’était pas évident pour le média qui a grandi comme « la bible des hipsters ». « Quand nous sommes allés sur des territoires comme celui de l’environnement ou de la justice notre audience a explosé. Nos revenus ont logiquement suivi » explique-t-il.

 

Pour consulter l'intégralité du discours, c'est ici :

https://www.youtube.com/watch?v=ZSdkxXGQAPA

Crédit photo : Robyn Twomey/Redux, for The New York Times
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.