premium 1
premium 1 mobile
Image1

Louise est venue, a bu… mais a-t-elle vaincu ?

Le 22 sept. 2016

Une mystérieuse femme du nom de Louise Delage a suscité l'attention des internautes... il s'agissait en réalité d'une campagne de sensibilisation.

Depuis plusieurs semaines, des médias s’interrogent sur un mystérieux compte Instagram, celui de @Louisedelage. Cette jeune parisienne séduisante de 25 ans poste chaque jour une photo d’elle depuis le 1er août : terrasse, plage, fête foraine, bateau, visites…  Louise mène la belle vie. Mais voilà, « le hic », c’est que la parisienne n’est jamais photographiée sans un verre d’alcool. Le 22 septembre, l’agence BETC Paris révèle qu’elle est derrière cette opération pour le compte d’Addict’ Aide.

@louisedelage était donc un compte fictif visant à prévenir des addictions.

Louise Delage révélation BETC PARIS Addict Aide

Dans un communiqué l’agence BETC Paris précise « qu’en France les addictions sont responsables d’un mort sur cinq, et d’un acte de délinquance sur deux, principalement chez les jeunes, selon le Fonds Actions Addictions. Or en pratique, il n’est pas simple de déceler l’addiction d’un proche. La proximité avec la situation ne permet pas de prendre du recul, un recul pourtant nécessaire pour pouvoir faire le lien entre tous les signes qui caractérisent une addiction.

Addict’ Aide, le premier portail grand public dédié aux addictions, accompagné de son agence BETC, a souhaité transposer cette idée sur Instagram pour démontrer qu’il est simple de passer à côté de l’addiction d’un proche. Via un profil Instagram créé pour l’occasion, les followers ont pu pendant un mois et demi faire la connaissance de Louise Delage ».

Le storytelling de cette campagne frôle la perfection. En épousant les règles du réseau social, l’histoire se fond naturellement dans l’environnement des instagrameurs, pour remplir son objectif de quotidienneté. Preuve de cette parfaite intégration, en une soixantaine de jours, 7500 personnes ont suivi Louise, générant plus de 50 000 likes sur les photos et vidéos du compte.

Mais voilà dans un monde polarisé où l'on binge drink au même rythme que l’on binge watch, on food porn à excès, puis on se detox, on va regarder la composition de chaque ingrédient, et compter ses pas avec le dernier wearable disponible sur le marché. Nous avons développé une capacité inédite à passer du vert aux verres, de la déconnexion à l’addiction des écrans, du fast food au slow potager. Dans ce quotidien d’extrêmes dopé aux opérations RedBull, le journal de Louise Delage pourrait apparaître comme une note légère dans la lourde tempête de l’addiction et des dégâts qu’elle traîne avec elle.

On se dit parfois qu’avec Louise, on est plus proche de la douceur d’un verre de Porto qui aurait fait la longévité de Jeanne Calment ancienne doyenne des Français que de la prise de conscience. A moins que BETC Paris ait, au contraire, trouvé le bon moyen de passer un message impactant en douceur dans un monde de surenchère et de sur-spectacle permanent…

Une chose est sûre, bravo pour l’intégration et le storytelling !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.