premium 1
actu_13046_vignette_alaune

L'inattendu véritomètre des présidentielles

Le 29 avr. 2015

Vous ne suivrez jamais plus la politique comme avant! Le véritomètre, une application de data-journalisme, a éclairé les internautes et téléspectateurs durant ces élections très chiffrées.

Les Français ont fait preuve d’assiduité lors de cette présidentielle et sont restés calés devant leur poste de télévision. Selon Médiamétrie, le débat de l’entre deux-tours du 2 mai a réuni près de 2 téléspectateurs sur 3, soit 17,8 millions de personnes (sur TF1, France 2, BFM TV, I>Télé, LCI, la Chaîne Parlementaire et TV5 Monde). L’institut de mesure d’audience crédite les réseaux sociaux de 5% de part d’audience (62% pour les JT, 27% pour les chaînes d’info en continu, 13% pour les sites media et les pure players) durant cette élection. 

Malgré ces chiffres, le phénomène notable de cette campagne aura été l’apparition de la web-application de Fact-Checking d’Owni et I>Télé, une expérience totalement inédite de data journalisme. Le Véritomètre a fait sa place dans l’élection et a permis aux électeurs internautes et téléspectateurs d’avoir une information « vérifiée » des candidats.

Le site d’actualité Owni a songé, il y a un an à la création d’une application qui permettrait l’utilisation des data pendant la présidentielle. Après avoir constitué une équipe de journalistes, Marie Coussin, Sylvain Lapoix, Nicolas Patte, Pierre Leibovici, Grégoire Normand, ont donc passé environ 200 h par semaine à relever, recouper pas moins de 1532 citations (des 6 candidats - dont 518 pour le président sortant (au cours de 33 interventions) et 309 pour son adversaire socialiste (34 interventions). Chaque intervention médiatique des candidats et leurs données chiffrées ont été confrontées à celles d’organismes tels que l’Insee, Eurostat, l’OCDE, la Banque mondiale ou encore le FMI. Selon le niveau d’approximation des chiffres avancés, les journalistes du Véritomètre ont rendu pour chaque citation un verdict, et, au final, un “indice de crédibilité” à chaque candidat.

 

 

 

Le Véritomètre dès le début de la campagne s’installe sur l’antenne d’ I>Télé, avec une chronique hebdomadaire dans un premier temps et une quotidienne de 5 minutes présentée par Sylvain Lapoix entre les deux-tours. C’est lors du débat du 2 mai et sur les réseaux sociaux que ce dernier s’est révélé redoutable. « Personne n’a la capacité de faire une interview et de contrôler la véracité des chiffres en même temps. On était dans un ressenti de temps réel, on a prouvé une vraie utilité. Le Véritomètre a confirmé nos intuitions, celles que les politiques utilisent les chiffres à outrance, les candidats sont très prévisibles. Le chiffre est devenu un chiffre de distraction pour ne pas répondre aux questions. » précise Sylvain Lapoix, Journaliste chez Owni.

A l’occasion du “Grand Débat” télévisé entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, les vérificateurs d’Owni ont relevé 137 références chiffrées dont 92 pour Nicolas Sarkozy et 45 pour François Hollande, soit un chiffre toutes les 47 secondes pour le président sortant, et toutes les minutes 36 secondes pour le candidat socialiste. Les 137 chiffres ont donc défilé en temps réel sur le compte Twitter du Véritomètre.

Ces statistiques de fréquentation ont été multipliées par neuf (source Google Analytics) ; le compte Twitter du Véritomètre est passé en une soirée de 2 200 followers à presque 16 000 ; toujours sur Twitter, le nombre de mentions '@LeVeritometre" a dépassé le score de 2 400 vers 22h ; et enfin, le nombre de "Like" de la page Facebook est deux fois plus important au lendemain du débat.

La prochaine étape sera de voir  défiler ces infos verifiées de l’application en direct sur son écran de TV : « Ce qui était prévu et techniquement possible à intégrer, mais pas réalisable sur ce débat suite aux conditions de diffusion établies par TF1 et France Télévisions » rajoute Sylvain Lapoix.

Cette expérience de data-journaliste vient de nous bluffer au moment où la confiance aux hommes politiques s’est plus qu’estompée. Elle aura permis, sans partie prenante, aux électeurs de suivre sur deux écrans, le débat et les vérifications des chiffres, voire de faciliter le métier des journalistes. « Cela prouve la force du live lié au media web. Cela valide le fait que la TV est de plus en plus un media de spectacles et d’images et que le web fournit les analyses, les commentaires et le fond, et valide donc le data-journalisme  » conclut Frédéric-Alexandre Talec, directeur commercial & marketing d’Owni.

Une chose est sûre, Owni s’engage à « fast-checker » les cinq prochaines années !

 

Virginie Achouch

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.