LES INROCKS – INTERVIEW DE LOUIS DREYFUS DG DE LA PUBLICATION

"Les Inrockuptibles" fait peau neuve et même un peu plus que ça … Nouvelle maquette mais surtout nouvelle formule, les Inrockuptibles souhaite devenir un news généraliste et compte au passage donner un bon coup de jeune à cette famille. Au sommaire notamment : 32 pages supplémentaires, plus de politique et d’actualités, l’arrivée de nouvelles signatures telles que Thomas Legrand de France Inter, Guillemette Faure de rue89, Yann Barthès du Petit Journal …


Louis Dreyfus, directeur général de la publication, répond à quelques questions

 

Doc News : Vous initiez aujourd’hui un véritable changement de positionnement – la bascule d’un titre culturel et rock - pour un magazine plus généraliste. Qu’est-ce qui a présidé à ce choix ?

Louis Dreyfus : Une envie partagée avec l'équipe du journal de créer à partir des Inrocks, de leur identité, de leur histoire et des valeurs qu'ils véhiculent, un news magazine générationnel.

 

Quelle place souhaitez-vous prendre dans le paysage de la presse ?

Celle que les "vieux" news ont renoncé à prendre: la place d'un news curieux, impertinent et défricheur.

 

Quel contrat de lecture souhaitez-vous engager avec vos lecteurs ?

Les Inrockuptibles choisiront chaque semaine de couvrir, outre l'actualité culturelle, l'actualité politique et les faits de société avec l'exigence systématique d'emprunter les chemins de traverse délaissés par les autres news. Les Inrocks traiteront régulièrement de l'actualité au-delà du simple hexagone, nous donneront aussi de la place à des enquêtes fouillées, à des entretiens longs et intimes, autant de formats auxquels renoncent progressivement la presse magazine. Nous laissons aux autres les palmarès des lycées, le mode d'emploi pour bien dormir et les francs maçons. Aux marronniers sur l'immobilier et les retraites que privilégient les news, nous préférons nos deux seuls classiques: les numéros Sexe (chaque été) et rentrée littéraire qui resteront nos sujets fétiches

 

Quels objectifs vous êtes-vous fixé en terme de diffusion, mais également publicitaire ?

Notre objectif est, à deux ans, de doubler notre diffusion et que les revenus publicitaires suivent la même courbe.

 

Quel dispositif de communication pour le lancement de cette nouvelle formule ?

Pour la première fois de leur histoire, et grâce au soutien de leur actionnaire, les Inrocks bénéficieront d'un dispositif promotionnel fort avec un film visible en télé et au cinéma, un affichage en kiosque, des spots radios et une campagne de buzz internet.

 

Avant les changements sur le titre, vous avez initié la refonte du site internet au mois de juin dernier. Pouvez-nous dire quels ont été vos objectifs ?

Conquérir une nouvelle audience, épouser les évolutions du magazine. Les premiers résultats sont très encourageants avec une audience (Nielsen) de 550 000 VU en juillet contre 280 000 en décembre 2009.

 

Quelle est la place des réseaux sociaux ?

A la fin de l'année, nos internautes pourront créer leur page de membre et créer à partir du site leur communauté. Par ailleurs, les journalistes des Inrocks font partie des plus actifs de la profession sur Twitter.

 Propos recueillis par Virginie Achouch

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.