actu_18233_vignette_alaune

Le Nouvel Obs fait évoluer sa formule

Le Nouvel Observateur fait évoluer son magazine avec un renforcement des pages dossier, CinéTéléObs, devient lui quinzomadaire.

C'est l'heure du changement au Nouvel Observateur. Dès aujourd'hui, les lecteurs vont trouver une formule modifiée sur son fond et sa forme. Le titre diffusé chaque semaine à 502 340 exemplaires (OJD 2011-2012) renforce la pagination de ses dossiers et réforme sa maquette avec une typo plus visible et des ouvertures plus marquées.

Côté contenu, si les dossiers s'épaississent, le ton change également, l'heure est à l'optimisme à la rédaction. "On s'intéresse à ce qui est neuf, à ceux qui innovent, à ce qui témoigne du progrès" précise Laurent Joffrin, directeur de la rédaction.  Le numéro du jour propose un dossier spécial sur les 50 personnalités qui vont changer la planète. "Nous voulons rendre compte du monde qui change, donner aux gens le goût de l'avenir et réaffirmer l'identité de l'Obs".

La formule du supplément Telé Ciné Obs change également, le rendez-vous devient bi-mensuel mais si les pages programmes n'aborderont que les 36 chaînes principales,  la vie culturelle sera le point fort du titre.

Le Nouvel Observateur entend atteindre l'équilibre d'ici deux ans et reprendre sa place de N°1 sur la vente au numéro qui représenterait - de 20% des ventes. "Pour le moment les comptes sont mauvais" souligne Claude Perdriel, fondateur et propriétaire du Nouvel Observateur. Aujourd'hui le papier finance les investissements réalisés sur le numérique (Rue 89…) et la crise de la publicité a touché toute la presse même si le numéro spécial Mode d'Obsession est un succès publicitaire.

Pour la suite, le groupe a entamé sa réflexion sur la mise en place d'un paywall.

A la question sur un rachat éventuel de Libération si cela se présentait, Claude Perdriel a répondu : « Je trouve que Libération est un journal de grande qualité mais je n’ai pas les moyens de reprendre Libé »

Le prix du Nouvel Obs passe de 3.50 à 3,80€.

 

 

 

 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.