adoptly

L’adoption en mode Tinder : Kickstarter dit non

Le 24 janv. 2017

Baptisée Adoptly, l’appli a tout d’un fake : ici on adopte les enfants comme on choisit ses conquêtes. Kickstarter n’approuve pas et suspend la collecte.


Mise à jour : suite aux nombreuses relances des médias, l'équipe derrière Adoptly a fini par admettre que toute l'histoire n'était qu'une blague - douteuse. Ben Becker et Elliot Glass n'en sont pas à leur coup d'essai : ils avaient notamment lancé "Pooper", sorte d'Uber dédiée aux crottes de chien. Charmant. 

Ici, Adoptly est encore plus dérangeant : outre le fait qu'ils aient organisé de vraies campagnes de financement participatif pour un faux projet (ce qui peut s'apparenter à une fraude), le sujet en lui-même est ultra sensible : quid de ceux qui misaient dessus pour faciliter leurs demandes d'adoption ? 

A ce jour, le site créé pour l'occasion n'a toujours pas été désactivé, et ne fait aucune mention du fait qu'il s'agisse d'une blague. 


 

A l’origine du projet, un constat sans appel : les procédures d’adoption sont longues, complexes, et fastidieuses. La startup Adoptly avait trouvé la solution au problème : une application basée sur le même fonctionnement que Tinder. L’enfant nous plaît, on swipe à droite. Sinon, à gauche.

Meet Adoptly - Parenthood is just a swipe away

Choquant, évidemment, et l’on est en droit de se demander s’il ne s’agit pas là d’une blague douteuse. En campagne sur Kickstarter, le projet semble bien ficelé : une équipe marketing rodée, un designer convaincu,… et des conditions à respecter :

Pour que le projet fonctionne (…) nous devons nous coordonner avec les gouvernements locaux et les agences d’adoption, non seulement pour proposer une expérience d’adoption fluide, mais aussi pour s’assurer que la sécurité des enfants et des parents est respectée.

On a du mal à y croire, tant le procédé paraît inadapté. Interrogés par The Verge, les membres de l’équipe affirment pourtant que la démarche est authentique. « Nous n’essayons pas de ‘gamifier’ ou de nous moquer de l’expérience », a insisté Alex Nawrocki, co-fondateur d’Adoptly. « Le marché de l’adoption est très peu soutenu par la technologie. Nous avons mis le doigt sur une opportunité unique de la disrupter ».

Evidemment, le sujet a interpellé la communauté des « backers » qui n’a pas hésité à alerter Kickstarter. La plateforme a bloqué la collecte, alors que 4 000$ avaient déjà été récoltés.

A surveiller, car si le dating est devenu produit de consommation, pourquoi pas l’adoption ? Adoptly pourrait bien servir de signal d’alarme, et ressembler à une campagne préventive…

On l’espère…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.