premium 1
premium 1 mobile
chatbot conversationnel

La place des chatbots dans la stratégie éditoriale

L'ADN
Le 29 mars 2017

Robin Coulet, fondateur et dirigeant de l’agence Conversationnel nous explique les bénéfices associés aux chatbots, à condition que ceux-ci soient utilisés en cohérence avec la stratégie éditoriale d’une marque.

Comment et pourquoi avez-vous décidé de développer une offre de chatbot ?

Robin Coulet : Conversationnel est une agence de contenus digitaux fondée en 2009 autour de l’écoute des conversations sur les réseaux sociaux et sur le brand content pour les plateformes digitales. Nous travaillons donc le contenu à deux niveaux : les contenus longs pour le référencement dans des objectifs de trafic et de génération de lead et les contenus courts avec une rédaction plus créative et dynamique pour les réseaux sociaux.

Dans cette lignée, nous avons lancé notre offre de chatbot car nous envisageons ce moyen comme une nouvelle forme qui vient s’intégrer à la stratégie éditoriale d’une marque.

Quels bénéfices les marques peuvent-elles attendre des chatbots ?

Pour les marques, cela répond à trois aspects : l'immédiateté, l'utilité, et la cohérence.

  • Tout d’abord l’immédiateté. Les chatbots sont un moyen de répondre à des demandes de plus en plus nombreuses de la part des internautes de façon instantanée, notamment sur les réseaux sociaux.
  • Cela peut également accroître l’utilité des marques qui cherchent à gagner l’attention de leurs publics en se rendant utiles. Les chatbots sont tout à fait adaptés pour apporter des conseils ou porter un service grâce au langage naturel.
  • Et dernier point : la cohérence. Les chatbots permettent de rendre les prises de paroles plus conformes à une stratégie éditoriale plutôt que de laisser libre court aux interactions entre un client/prospect et un individu dont les humeurs peuvent varier, pouvant aller jusqu’à des dérapages ou un manque de cohérence.

 

Le chatbot peut apparaître comme un outil froid et distant quand la tendance est à la déconnexion, la tradition, l’authenticité humaine... Quel regard portez-vous dessus ?

Il ne faut pas oublier que le robot ne fait que retranscrire des notions imaginées en amont par l’humain. Il faut également penser qu’une interface avec un chatbot est beaucoup plus chaleureuse qu’un UX design classique qui va vous demander de vous déplacer de lien en lien par exemple. Parmi l’ensemble des interfaces existantes aujourd’hui, les interfaces en langage naturel apparaissent comme les plus chaleureuses, les plus proches, immédiates, spontanées et naturelles… les plus humaines finalement !

On voit que l’un des enjeux des chatbots est de leur donner de « l’esprit » dans leur style. Jusqu’où va-t-on réussir à personnifier ces I.A. ?

On arrive déjà à les différencier en leur trouvant un niveau d’humour qui n’est pas le même d’une marque à une autre par exemple. Toutes ces choses doivent être pensées dès la définition de la ligne éditoriale : tutoiement, vouvoiement, ton, forme, façon de s’exprimer… Est-ce que nous irons jusqu’à un humour auto-apprenant ? Difficile à dire. C’est la R&D qui nous le dira au cours des prochaines années…

Comment donner une patte éditoriale à son chatbot ? Comment l’intégrer de façon cohérente dans sa stratégie éditoriale globale ? Comment donner un ton à son robot et pourquoi ?

Autant de questions auxquelles vous trouverez une réponse lors du petit déjeuner conférence du 27 avril prochain. Pour vous inscrire, contactez Sarah Ponte à sponte@conversationnel.fr !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.