habillage
Tinder, la nouvelle application anti-censure en Chine
© dtephoto via Getty image

Des internautes ont hacké Tinder pour s'informer sur le coronavirus en Chine

Le 12 mars 2020

En se géolocalisant à Wuhan, quelques internautes ont pu entrer en contact avec la population locale et avoir des informations sur l’épicentre du virus.

Alors que l’OMS vient de déclarer officiellement l’état de pandémie et que la confiance dans les médias ou dans les gouvernements n’est pas à son niveau maximal, quelques internautes ont décidé de s’informer par eux même de la situation dans l’épicentre du virus.

Utiliser Tinder comme un chat

D’après un article de BuzzFeed, des utilisateurs de Tinder ont changé la localisation de l’application afin de pouvoir matcher avec des habitants de Wuhan. Cette option, qui s’appelle « passport » n’est disponible que pour les abonnés à un compte premium. Même si l’application est censée être bannie en Chine, quelques habitants l’utilisent et ont donc pu communiquer avec l’extérieur.

 

Interrogé par BuzzFeed, @drethelin a indiqué qu’il en avait plus appris sur le système de confinement de la ville chinoise. Plutôt que de poster des soldats partout, la surveillance s’effectue plutôt par le voisinage qui n’hésite pas à dénoncer les gens qui sortent de chez eux.

 

 

D’autres internautes ont tenté l’expérience et parviennent à avoir un autre son de cloche que ce que les fake news tentent de nous faire croire. La plupart des gens contactés font état d’une période de confinement avec des routes et des ponts bloqués. La nourriture ne semble pas manquer et la plupart des gens sont suffisamment effrayés par la situation pour ne pas tenter de sortir de chez eux. 

David-Julien Rahmil - Le 12 mars 2020
À lire aussi
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.