Le 20h00 vous répond - plateau JT

Du JT personnalisé au QR code : la technologie accélère la mue conversationnelle de l'audiovisuel

Avec TF1
© TF1

En collaboration avec la startup VoxM, le Groupe TF1 a développé une solution interactive pour permettre aux téléspectateurs d'interagir avec le JT de 20 h. Une stratégie 360 qui prépare le futur de la télévision.

Malgré la toute-puissance du web et des réseaux sociaux, force est de constater que « la fin de la télévision » que prédisait le consultant Jean-Louis Missika, n’a pas eu lieu. Mieux encore, la télévision reste la première source d’information selon une étude du Reuters Institute de 2021 et les journaux télévisés ont même enregistré des niveaux d’audience records depuis le début de la pandémie avec quatre heures par jour en moyenne. Pourtant, la concurrence reste rude et la transition numérique indispensable.

Proposer de nouvelles expériences à ses téléspectateurs : c’est l’une des missions que s’est fixée le Groupe TF1 à travers son programme d’accélération Media Lab TF1, un catalyseur d’innovations qui vise à développer le futur des médias. Pour l’accomplir, la première chaîne de France expérimente un nouvel outil développé par la startup VoxM dont le but est de favoriser l’engagement autour des contenus d’information, en permettant au public d’interagir à l’oral ou à l’écrit. Et quelle meilleure plateforme que le 20 h de TF1, institution de l’audiovisuel qui réunit chaque soir 6 millions de téléspectateurs, pour se lancer ?

Une startup et une chaîne de télévision renouent le dialogue avec les téléspectateurs

Yani Khezzar, journaliste à la rédaction et responsable de l’innovation et des réseaux sociaux de l’info de TF1 nous explique : « Il est 20 h 30, vous êtes dans votre canapé en train de regarder le 20 heures de TF1. Garance Pardigon, notre journaliste qui incarne la chronique “le 20 h vous répond” depuis plus de deux ans maintenant, présente son sujet aux téléspectateurs et un QR code apparaît qui vous permet deux choses. Soit vous avez accès à des réponses beaucoup plus détaillées ainsi qu’à leurs sources, et surtout grâce au module d’interactivité de VoxM, vous pouvez poser directement une question à Garance sous trois formes : vidéo, vocale ou écrite. »

Cette initiative développée lors du premier confinement permet à n’importe qui d’interpeller la journaliste sur un sujet qui le concerne. « Est-ce que les stations services ont le droit de vendre du carburant à perte ?  », donne Yani Khezzar en exemple. Une solution interactive née pour répondre à un besoin de téléspectateur. Mathieu Langlois, cofondateur de la startup VoxM, témoigne : « Avec mes trois associés, nous sommes passionnés par l’actualité. Plusieurs fois nous avons voulu essayer de participer à des émissions politiques ou de société et on s’est rendu compte que c’était compliqué. Il faut soit contacter un standard, envoyer un mail ou un SMS surtaxé. »

Les deux ingénieurs et deux chefs d’entreprise de la startup mettent à contribution le smartphone « que tout le monde possède » dans le but de créer un lien entre le téléspectateur et les médias en passant par une application ou un site internet directement. Ouvrir une conversation avec le grand public, c'est un progrès indéniable, mais comment faire en sorte qu’il ne se retourne pas contre le média ? Comment éviter les hordes de trolls qui pullulent sur les réseaux sociaux ? Mathieu Langlois répond : « On est sur un schéma différent car la participation n’est pas publique. C’est un peu comme les clowns à l’école, quand ils sont privés de public, il n’y a plus de clowns et tout le monde travaille sérieusement. » Et les résultats sont là : « 100 % des participations sont exploitables », affirme le cofondateur de VoxM.

© TF1

« Répondre aux préoccupations des Français »

« En ce moment, l’une des préoccupations principales des Français c’est le pouvoir d’achat. Au 20 h de TF1, nous multiplions les formats pour les accompagner, leur expliquer les choses et leur donner des solutions pour payer moins cher. On veut être en prise avec leurs problématiques et ne pas être un journal coupé de la population », indique Yani Khezzar

Et contre les fake news, quoi de mieux que de pouvoir vérifier l’information en direct ? Grâce au QR code, le téléspectateur peut consulter les sources et obtenir des informations complémentaires sur ce qu’il est en train de visionner à la télévision. « On est en train de déployer un format de fact-checking pour permettre aux téléspectateurs de nous faire remonter les infos qui pourraient circuler et sur lesquelles ils ont des doutes », nous apprend Yani Khezzar.

Du JT personnalisé aux réseaux sociaux : les nouveaux outils de l’interaction

Mais le groupe a d’autres cordes à son arc pour accélérer la mue conversationnelle. Les réseaux sociaux d’abord, et les lives. En cette période de campagne présidentielle, TF1 propose aux internautes des lives présidentiels toutes les deux semaines. Grâce au tchat, les journalistes peuvent poser en direct les questions du public aux candidat·e·s. « C’est une opportunité inédite puisqu’il n’y a aucun autre endroit où vous pouvez, en vous connectant sur Instagram, Facebook, TikTok, interpeller le futur président de la République », s'enthousiasme Yani Khezzar.

Autre outil et pas des moindres, TF1 Info, la nouvelle plateforme digitale d’information du Groupe TF1 lancée en janvier, vient de mettre au point un JT personnalisable, que l’on peut découper et composer en fonction de ses goûts. Une première mondiale. Dans ce JT à la carte, auquel on accède via une application mobile ou le site internet TF1 Info, le téléspectateur est invité à faire une sélection parmi la vingtaine de thématiques proposées. Environnement, économie, patrimoine, actualité internationale, le journal devient interactif ! « On leur propose de regarder ce qu’ils veulent, car on sait qu’ils n’ont pas toujours le temps de tout visionner. Avec cette fonctionnalité, on peut changer ses préférences et les adapter en fonction de ses envies. ». « C’est une manière très moderne d’être à l’écoute », souligne le journaliste spécialiste de l’innovation.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.