habillage
premium 1
premium 1
le président américain sur fond de drapeau étoilé.
© Gage Skidmore

Comment Trump utilise Twitter pour humilier ses opposants politiques

Le 6 janv. 2020

Faisant fi des voies de communication institutionnelles, le président américain vient d’annoncer qu’il allait utiliser la plateforme de microblogging pour tenir informé le Congrès des futures frappes en Iran.

On savait que Donald Trump avait un faible pour les annonces tonitruantes (et parfois bizarres) sur Twitter, mais ses derniers tweets viennent de propulser la politique américaine dans une nouvelle dimension. Le président américain vient d’annoncer qu’il utiliserait la plateforme de microblogging pour tenir informé le Congrès des prochaines frappes contre l’Iran.

Une frappe illégale ?

Pour bien comprendre ce tweet, il faut remonter un peu en arrière. Après avoir ordonné l’assassinat ciblé du général iranien Qassem Soleimani, Donald Trump a essuyé de fortes critiques de la part de la majorité démocrate du Congrès. D’après ces derniers, le président aurait dû consulter l’assemblée pour avoir un feu vert au préalable. En effet, la constitution américaine oblige le président à passer par le Congrès pour déclarer la guerre à un autre pays.

De son côté, le gouvernement Trump persiste à dire que cette frappe n’est pas une déclaration de guerre. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a notamment assuré « agir dans le respect de la loi et de la constitution ».

Utiliser Twitter pour mieux humilier le Congrès

Dans la guerre qui oppose Donald Trump à la majorité démocrate du Congrès, Twitter se voit attribuer le rôle de plateforme de communication institutionnelle. Pour Corentin Sellin, professeur agrégé d'histoire au Lycée Carnot et spécialiste de la communication politique de Trump, ce tweet est à la fois une provocation politique et une réaffirmation de l’autorité du président.

Corentin Sellin rappelle que depuis l’affaire du Watergate, les présidents américains avaient pour obligation « d’informer le Congrès de toute action militaire des forces armées dans un délai de 48h », ce que Donald Trump a effectivement respecté. Mais le fait de passer par Twitter avec l’impact viral du réseau social et le soutien de sa base de fidèles s’apparente largement à un doigt d’honneur politique.

David-Julien Rahmil - Le 6 janv. 2020
À lire aussi
premium2
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.