habillage
premium1
premium1
actu_32543_vignette

Quand Google joue les médecins

Le 27 juin 2016

Vous vous sentez fiévreux, vous avez mal à la tête, le nez bouché, les jambes lourdes ? Vous pensez être malade mais ne voulez pas aller chez le docteur ? Demandez à Google !

Près de 1%  des requêtes sur le web sont d’ordre médical, ce qui représente quotidiennement des millions de recherches. Cependant les contenus en ligne en rapport avec la santé prolifèrent et il est parfois difficile de discerner le vrai du faux, d’autant que certains symptômes résultent parfois sur un diagnostic dramatique qui peut favoriser l’anxiété et le stress inutile.

Pour s’imposer sur le secteur plutôt fructueux des diagnostics médicaux, le géant du web va bientôt se permettre d’analyser vos symptômes et de creuser plus en détails les symptômes connexes. Par exemple, il suffit de taper « maux de tête » pour que l’appli propose une recherche plus approfondie. Il faudra choisir entre « migraine », « céphalée de tension », « sinusite », « maux de tête à gauche ou à droite »… des descriptions de chaque symptôme seront également disponibles et des suggestions d’auto médication seront proposées. Dans certains cas l’appli conseillera l’avis d’un médecin. En effet, les listes de symptômes sont créées en fonction des recherches Google et sont ensuite vérifiées par des professionnels de la santé.

Le moteur de recherche fera également le lien entre les symptômes décrits et les épidémies déclarées dans certains secteurs. Les utilisateurs seront géo localisés et prévenus s’ils se trouvent dans une zone « à risques ».

Les data d’ordre médical sont un enjeu primordial pour les géants de la technologie et la multinationale compte bien se rendre indispensable dans la vie des internautes et aspirer autant de données qui lui soit possible d’enregistrer. D’ici 2022 le marché de l’e-santé devrait atteindre 308 milliards de dollars.

- en savoir plus

 

source photo

Anaïs Farrugia - Le 27 juin 2016
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.