habillage
premium1
habillage
2560

Les marques aux couleurs de la Grande-Bretagne

Le 16 juin 2016

Les marques ont exprimé leur point de vue lors du London Collections Men SS17. Ce joyeux mélange de costumes d’apparat aux couleurs locales a ouvert le débat sur le retrait du Royaume-Uni de l’UE.

Le défilé a eu lieu un jour avant la célébration des 90 ans de la Reine d’Angleterre, soit le jour du lancement de l’Euro 2016; et confirme la relation ténue qui existe entre la mode et la politique. Véritable phénomène social, la mode est un formidable moyen d’expression. Les designers le savent et n’hésitent pas à s’en servir pour montrer leur engagement ou leur désaccord vis-à-vis des politiques mises en place dans leur pays. Lors de la London Collections Men SS17, le référendum sur le Brexit, qui aura lieu le 23 juin 2016, a été vivement critiqué par les marques présentes. Plusieurs subtiles références au « Remain or leave » ornaient les vêtements qui paraient les mannequins. Le designer Christopher Raeburn a par exemple ajouté l’inscription « In » sur la poche d’un des blousons de sa collection. Idée reprise fièrement par Patrick Grant qui a lui aussi imprimé ce « In » en lettres capitales sur son T-shirt. Il en est de même pour le design director de Topman, Gordon Richardson qui admet que toute sa collection a été inspirée par le débat autour de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. « Cette idée m’est venue lorsque des discussions sur l’avenir de l’Europe ont commencée », expliquait-il en coulisses. Il décrit sa collection comme étant une « déclaration d’amour » à son pays.

Un sondage interrogeant 290 entreprises de mode a mis en lumière que 90% d’entre elles voteraient contre le retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Quelles seraient les conséquences de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE sur cette industrie ?

Ce marché pèse 26 milliards de livres sterling et la sortie de l’UE engendrerait une dépréciation de la monnaie. S’en suivrait une perte de confiance des consommateurs et un désordre des réglementations qui régentent les échanges. De plus, les prestigieuses écoles de mode britanniques perdraient de nombreux avantages à cause du Brexit. Elles n’auraient plus accès aux investissements européens dont elles bénéficient actuellement et deviendraient ainsi moins attrayantes aux yeux des étudiants européens qui voyaient leurs frais de scolarité abaissés grâce à ces subventions.

Nombreux sont les Britanniques qui s’insurgent contre l’émancipation de leur pays du Vieux Continent. Pour sauvegarder leur statut d’Européen, le photographe Wolfgang Tillmans a lancé une campagne exposée dans l’entrée du British Fashion Council. D’autres designers tels que Vivienne Westwood, Jonathan Anderson, Ashley Williams, Charles Jeffrey, Claire Barrow s’engagent pour le maintien du Royaume-Uni dans l’UE.

Alors « Should I stay or should I go ? », réponse le 23 juin !

source photo

Anaïs Farrugia - Le 16 juin 2016
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.