premium 1
premium1
La YouTubeuse Marion Séclin, qui dénonçait le harcèlement de rue

Facebook, Twitter et YouTube disent non à la haine… sauf si elle est sexiste !

Le 7 févr. 2018

Dans la lutte contre le cyberharcèlement, Facebook et consorts promettent de faire attention… mais font preuve d’un laxisme latent lorsqu’il s’agit de prendre position contre le sexisme !


Mise à jour : suite aux accusations du HCE, un porte-parole de YouTube France nous a fait prvenir les précisions suivantes : 

« Grâce à nos investissements, humains et technologiques, nous allons plus loin et plus vite dans la lutte contre l’utilisation abusive de notre plateforme. Nous améliorons constamment nos délais d'examen et d'intervention pour les contenus qui enfreignent nos politiques. Nous avons également mis en place des outils efficaces concernant la gestion des commentaires, donnant la possibilité aux créateurs de les modérer, de supprimer certains mots clés, ou de soumettre les commentaires potentiellement répréhensibles à approbation avant leur publication. Nous développons également nos systèmes d’apprentissage automatique, dans le but d'identifier les contenus haineux à grande échelle. Nous avons conscience que nous devons aller plus loin, et sommes déterminés à faire partie de la solution à ces problématiques complexes ».


 

Le verdict est tombé : pour le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) entre les femmes et les hommes, Facebook, Twitter et YouTube sont de piètres exemples quand il s’agit de dénoncer les violences faites aux femmes.

Dans un rapport assassin, le HCE dénonce aux côtés d’associations féministes le laxisme de ces plateformes : afin de mesurer le « niveau de tolérance » face aux contenus sexistes, l’institution a ainsi menée une expérience entre les mois de juin et juillet 2017.

Au total, ce sont 545 contenus qui ont été signalés : 154 commentaires ou statuts Facebook, 193 tweets sur Twitter et 98 vidéos (parmi les « tendances ») et commentaires sur YouTube.

YouTube, empire du sexisme

Avec seulement 13% des contenus signalés supprimés, Twitter fait office de bon élève, juste devant Facebook avec 11%. Du côté de YouTube, mauvaise surprise : 0% des contenus signalés ont été supprimés

Les équipes expliquent que les taux de suppression varient selon « les motifs de signalement proposés par la plateforme » et témoignent d’une « modération aléatoire et non graduée ».

Les contenus sexistes moins modérés que les contenus racistes

Sur Facebook, on constate que les contenus à caractère violent ou suicidaire avec des menaces crédibles sont systématiquement supprimés, là où les contenus racistes ne le sont qu’à 50%. Pour les contenus sexuellement explicites, seuls 15,4% sont modérés. Enfin, pour les contenus assimilés à du harcèlement ou de l’incitation à la haine envers un genre ou une orientation sexuelle, on passe sous la barre des 10%.

Du côté de YouTube, les équipes ont mis à jour leur politique pour « combattre les comportements violents et extrêmes » : dans un post de blog daté du 17 octobre 2017, la plateforme explique vouloir lutter contre les dérives xénophobes ou racistes – mais aucune mention de lutte contre le sexisme ou l’homophobie.

Pourtant, le sujet de l’égalité entre hommes et femmes est l’un des chevaux de bataille des entreprises du numérique, qui souffrent parfois d’une bien mauvaise image à cet égard. En interne, le sujet semble être très au sérieux chez Facebook. Florence Trouche, Directrice Commerciale chez Facebook France, expliquait à ce propos que l’entreprise met en place de nombreuses initiatives en faveur des femmes : chez Facebook France, un recruteur a l’obligation de recevoir au moins deux femmes en entretien avant de pouvoir recruter quelqu’un. « C’est une pratique qui peut paraître forcée, ou datée. Mais si l’on n’impose pas ce genre de mesures, il faudra compter 3 ou 4 générations avant que les lignes ne bougent ». Par ailleurs, elle estime que « toute l’entreprise (…) doit être garante de l’anti-discrimination ».

C’est louable. On franchit la barrière du off-line pour s'attaquer aussi sur ce qui se passe au sein même de la plateforme ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.