premium1
premium1
celebgate

Le revenge porn en chiffres

Le 15 déc. 2016

Avec l'avènement des outils du numérique, cette tendance tend à se banaliser. Une étude menée par le Data & Society Research Institute et du Center for Innovative Public Health Research éclaire le phénomène.

Gaffe au revenge porn, cette tendance qui consiste à partager des photos explicites de son ex, sans avoir eu sa permission. Cela survient généralement après une rupture douloureuse ou vexatoire… et toucherait 4% des américains de 15 ans et plus. Les personnalités font également partie du lot : tout le monde se souvient des photos de l'actrice Jennifer Lawrence et du modèle Kate Upton qui avaient fuité en 2014 et fait scandale.

Amanda Lenhart, du Data & Society Research Institute et du Center for Innovative Public Health Research, a effectué une enquête nationale aux Etats-Unis sur la vengeance ou la pornographie non consensuelle. Environ 2% des interrogés ont déclaré avoir été victimes de revenge porn et presque 3% ont admis en avoir été menacé. Pris ensemble toutes ces personnes, selon le résultat de l’étude, représentent 4% des interrogés soit 10,4 millions d’Américains.

« La pornographie non consensuelle peut avoir un impact dévastateur et durable sur les victimes, il est donc vital que nous comprenions combien cela est commun et qui cela affecte », a déclaré Amanda Lenhart. « Même si les images ne sont jamais affichées publiquement, les auteurs peuvent les utiliser comme menaces pour contrôler ou intimider les victimes. »

Si ces clichés ou video ont été volées à partir de serveurs privés en ligne ou du Cloud, d'autres ont été prises secrètement ou sous la contrainte. Les voleurs sont généralement des ex, et parfois des pirates amateurs ou professionnels. Le Celebgate, qui correspond à la diffusion des photos intimes de Jennifer Lawrence, Kate Upton ou encore Kirsten Dunst en 2014, a eu néanmoins l’avantage d’attirer l’attention du public.

«Le fait que je sois une personnalité publique, une actrice, ne signifie pas que j'ai voulu cela», a déclaré Jennifer Lawrence dans une interview après l'incident. «Ce n'est pas un scandale, c'est un crime sexuel, c'est une violation sexuelle. »

L'enquête a révélé que les jeunes âgés de 15 à 29 ans sont plus susceptibles d’être victime de revenge porn. Plus de femmes (6%) que d'hommes (4%) sont touchées ; une femme sur 10 de moins de 30 ans s’est dit un jour menacée. Néanmoins, les hommes sont aussi victimes de ce fléau. «Il est important que nous reconnaissions que les hommes sont également victimes de pornographie non consensuelle», a déclaré Amanda Lenhart. «Les victimes masculines sont souvent invisibles - mais nous espérons que ce rapport nous incitera à penser différemment. »

Parmi les internautes identifiés comme lesbiennes, gay ou bisexuels, 15% ont déclaré avoir été victimes menace de revenge porn également ; 7% en ont fait les frais. Une tendance qui a pris de l’ampleur avec l’avènement des appareils photo numériques, des smartphones et des réseaux sociaux.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.