habillage
premium1
premium1
femme aux lunettes futuristes

2028 : les 5 tendances qui vont marquer la prochaine décennie

Le 28 juin 2018

Faith Popcorn, la « Nostradamus du marketing », imagine 2028. Mais ne vous y méprenez pas. Elle n'invente rien. Le futur est déjà là. Stressés, lessivés, angoissés à l'idée que les robots ne piquent nos jobs... comment ferons-nous face aux enjeux qui nous font frémir d'ici une décennie ?

 

 

Imaginez - nous sommes en 2028.

Jessica a 32 ans. Elle a déjà congelé ses ovules, adore le fitness et est insomniaque. Elle tient une agence de voyage en réalité virtuelle et se forme, en parallèle, au métier de « PastCrafter », ces nouveaux experts qui gardent une trace du passé en les encapsulant dans des voyages en VR. Elle et ses partenaires de vie, David et Ashley, sont les heureux parents d’un enfant de 10 ans. Et tout va bien dans le meilleur des mondes.

Maintenant, dites-vous que tout se joue en ce moment, sous vos yeux.

Aux Cannes Lions 2018, la futurologue Faith Popcorn, « Nostradamus du marketing » - selon le magazine Fortune - nous prévient : ces spéculations ne sont pas sorties de son chapeau, elles sont réelles et elles se jouent dès maintenant. Et le climat dans lequel nous vivons aujourd’hui y est pour beaucoup : notre planète est en péril et nous vivons dans un contexte social et politique saturé de tensions. Les nationalismes et le repli sur soi sont plus prégnants que jamais et les robots sont sur le point de voler nos jobs alors même que les disparités entre humains sont loin d’être résorbées. En bref, on est « dedans » jusqu’au cou, et on étouffe.

Faith Popcorn

Faith Popcorn aux Cannes Lions 2018

Dans ce contexte, qu’en est-il du devenir de notre santé mentale ?  Selon Faith Popcorn, « le consommateur est de plus en plus connecté, il se sent seul et souvent distrait », et alors qu’un sentiment d’anxiété permanente se généralise et s’enracine, nous rêvons tous de reprendre le contrôle. De nos vies et de nos émotions.

Demain, nos usages parleront d’eux-mêmes et la futurologue va jusqu’à parler de « mood morphing » : nous modulerons nos humeurs et contrôlerons nos émotions avec une télécommande, brancherons notre cerveau aux interfaces qui nous entourent, avalerons des puces comestibles pour tracker nos hormones et nous shooterons à coup de micro-doses de LSD pour booster notre créativité.

Super-humains* (pourtant plus assistés que jamais*), voici en 5 tendances ce qui vous attend dans 10 ans.

Me, myself and I … Je suis unique au monde et je me « streame » en temps réel

nourriture et calories

Constamment connectées à Internet, nos émotions et données biologiques seront analysées sans interruption. De jour comme de nuit, 7 jours sur 7, notre bien-être sera tracké et monitoré. Pour se faire, des puces et des lacets neuronaux - l’un des grands projets d’Elon Musk qui consiste à nous connecter définitivement et physiquement aux machines - se chargeront de lire notre corps et notre esprit.

Même combat pour nos habitude nutritionnelles : nos menus quotidiens seront élaborés sur mesure. D'ailleurs, certaines startups se positionnent déjà sur le créneau de la food ultra personnalisée, à commencer par la société Habit, qui analyse vos données biologiques et génétiques pour créer et livrer chez vous, des plats cuisinés spécialement pour vous.

Dans un autre registre, la startup Dosist propose même du cannabis en micro-doses adaptées à votre consommation et humeur du moment. Ce n’est décidément plus une affaire de personnalisation, mais de « Moi » augmenté maître de chacune de ses facultés et ressources.

Dosist - Cannabis That Could Replace Pills

« Mind Design » : maman, demain je serai un cyborg

Puces, stimulateurs de cerveau, hormones autonomes et résilientes… nous ornons peu à peu notre corps d’extensions artificielles censées nous rendre moins faillibles et plus performants.

En chine, certains salariés sont même déjà dotés de casquettes connectées qui prennent mesure de leurs ondes cérébrales et de leur efficacité sur le lieu de travail.

La peau, elle aussi, devient un medium précieux et permet de monitorer certaines informations plus rapidement. Plus esthétique et moins contraignant que l’implant, le tatouage connecté fait l’objet de nombreuses recherches. Tandis que certains peuvent déjà évaluer le taux d’alcoolémie d’un individu, d’autres, comme le prototype Duoskin du MIT, permettent d’afficher en temps réel son humeur et de stocker et transférer certaines données vers d’autres périphériques. En bref, nous n'interagissons plus avec des interfaces, nous sommes l'interface.

tatouage connecté

« Super-humans » : vers l’infini et au-delà de mes limites

Comment rester au top de sa forme et résister au stress dans une société aussi compétitive ? Comment, surtout, se différencier des machines à l’heure où celles-ci lorgnent sur nos jobs ?

En contrôlant, une fois n’est pas coutume, nos émotions. En les contrôlant à tel point que nous pourrions un jour parvenir à éradiquer le moindre de nos sentiments négatifs. Vous souffrez de dépression ? Profitez-en encore un peu, demain, vous serez totalement béat, épanoui… et anesthésié grâce aux bienfaits de la recherche et de la technologie. C’est du moins ce qu’est en train d’explorer le Qualia Research Institute, rapporte Faith Popcorn.

Alors que plus de 85% des tâches industrielles sont amenées à disparaitre à cause de l’automatisation*, se montrer compétitif n’est plus une option. Comment ? En boostant notre créativité et en repoussant les limites de nos schémas mentaux. Actuellement, le MIT développe un bracelet connecté capable d’interagir avec le foisonnement de rêves que nous faisons (mais dont nous ne nous rappelons jamais) juste avant d’entrer en phase de sommeil profond. De la même manière, la société Trubrain propose à ses clients des produits stimulants à base de nootropiques, une drogue capable d’augmenter les performances cognitives en modulant certains facteurs physiologiques et psychologiques.

*selon une étude de l’Université de l’État de Ball.

« High Chasing » : j’explore de nouveaux univers, de jour comme de nuit

Être heureux tout le temps ne devrait plus être une affaire de compromis. À une époque où désespoir, stress et anxiété atteignent des sommets, de plus en plus de sociétés se positionnent sur le créneau du sommeil et de la méditation sonore. C’est l’exemple de la startup Huso qui propose des thérapies par le son ou même des bandeaux SmartSleep de Philips qui améliorent la qualité de votre sommeil en diffusant du bruit blanc dans vos oreilles.

SmartSleep - Philips

De la même manière, les réalités alternatives (AR, VR, MR) sont autant d’outils capables de de réguler nos humeurs et de nous faire échapper à un quotidien parfois trop écrasant. Demain donc, nous nous relaxerons devant un Netflix en VR tout en profitant des vertus apaisantes de micro-doses de cannabis, voire de LSD, affirme Faith Popcorn.

« Anchoring » : les cyborgs aussi ont besoin d’amour

« L’homme est contradictoire : il devient un robot mais veut à tout prix se raccrocher à l’autre », souligne la futurologue. Nous sommes de plus en plus connectés mais avons plus que jamais besoin d’humanité et de partage, en particulier lorsque la santé fait défaut. Aux États-Unis, le réseau social HealthUnlocked permet à des communautés locales de se former autour de problématiques de santé et d’appui dans la maladie. De la même manière, l’application Capsule propose à ses utilisateurs de gérer leurs prescriptions médicales, de livrer leurs médicaments chez eux et d’échanger de façon personnalisée avec leur livreur/pharmacien. Un support émotionnel express répondant aussi à l’enjeu de la solitude dans les grandes villes.

 

Surconnexion permanente, hommes et femmes augmentés, personnalisation poussée à l'extrême, soif d'univers alternatifs et d'exutoires méditatifs... voilà de quoi vous faire cogiter pour la décennie à venir !

NB : penser à relire cet article en 2028.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.