habillage
premium1
actu_22549_vignette

Tendance: ViV s’occupe de tout

Le 5 sept. 2014

Un ordinateur qui nous parle, répond à nos questions et fait ce qu’on lui demande ? Un rêve humain qui a fait son chemin depuis 2001, L’Odyssée de l’Espace. Les inventeurs de Siri sont aujourd’hui en train de créer Viv : un « Global Brain » capable d’apprendre de façon autonome et de compléter son propre code de programmation.

Bien que de nombreuses formes d’Intelligences Artificielles nous aient enthousiasmés jusque-là, Siri, avec sa voix tendre et ses réponses non sans humour à nos questions taquines, a très vite occupé une place singulière. Dans la pop-culture, pour les fans de la série How I Met Your Mother, il est devenu le fantasme de Raj, une beauté qui est prête à faire tout ce que l’on veut, si on sait lui parler correctement. Mais justement, ce qui casse le naturel dans notre relation avec Siri, c’est bien ce besoin de lui parler « de façon à » ce qu’il puisse traiter nos demandes. On ne peut lui demander que certaines informations ou actions d’une façon qui reste peu naturelle… Nous sommes encore bien loin du scénario du film Her avec Scarlett Johansson et Joaquin Phoenix, où l’IA et son utilisateur vivent une relation amoureuse pleine d’émotions. Mais ne nous en rapprochons-nous pas ?

Viv Labs serait en train de révolutionner le domaine de l’IA en ce moment même, avec à sa tête des anciens d’Apple : Dag Kittlaus, Adam Cheyer et Chris Brigham. D’après Oren Etzioni, qui dirige le Allen Institute for Artificial Intelligence, si l’équipe parvient à ses fins, ils entrouvriront les portes d’un nouveau marché qui vaudrait des milliards de dollars…

Avec Viv, vous pourriez bavarder comme bon vous chante car il serait capable, avec son programme d’origine, de vous poser des questions, jusqu’à ce qu’il comprenne exactement ce que vous désirez. Il enregistrera vos questions, vos réponses, vos préférences et apprendra de chaque discussion pour s’auto-coder en live, en faisant évoluer son programme afin d’être plus performant à l’avenir. Nous ne sommes donc pas vraiment dans Her, mais on se sent quelque peu projeté dans Transcendance, le dernier film de Johnny Depp.

Voici les humbles ambitions de Cheyer : “Now I want to do something bigger than mobile, bigger than consumer, bigger than desktop or enterprise. I want to do something that could fundamentally change the way software is built.” Viv, connecté à Internet, deviendrait petit à petit une intelligence universelle. Serait-ce là le nouvel Internet ? Le nouvel ordinateur ? La nouvelle machine qui pourrait détruire les emplois de l’Homme? L’ordinateur qui nous aidera à avancer plus rapidement dans nos recherches scientifiques ? Pour ce qui est de la destruction des postes, il est vrai que les innovations technologiques inventent souvent plus de postes qu’elles n’en détruisent. Dans le passé, les professions les plus touchées étaient celles qui  nécessitaient peu d’éducation, mais la nouvelle vague pourrait toucher tous les sphères. C’est ce qu’indique une des dernières études du Pew Research Center “AI, Robotics, and the Future of Jobs”.

 

Aujourd’hui, quand nous parlons de « Smart devices » comme la Smartphone ou la Smart tv, il s’agit le plus souvent de réunir personnalisation, connexion (et cloud), social media et contenus. Cette smart-vague d’innovations a déjà modifié de fond en comble les métiers de la communication et beaucoup cherchent encore à intégrer la digitalisation dans leurs systèmes et organisations d’entreprises. Le consommateur s’adapte bien plus vite que ses séducteurs aux nouveautés. Quelles conséquences d’une révolution de l’IA pouvons-nous imaginer ?

- Le CRM deviendrait un tout nouveau métier : le vrai « one to one » serait enfin possible (Minority Report ! Bon j’arrête avec les films..). Ce métier peu aimé des créatifs pourrait redevenir sexy.

- Faire un Benchmark pourrait ne prendre plus que quelques minutes… il suffirait en réunion de demander à Viv de sortir les derniers chiffres. Bye bye les coûts de veille…

- Les objets connectés pourraient non seulement enregistrer nos préférences, mais aussi nous conseiller sur une meilleure façon de les utiliser ou de les combiner entre eux...

 

Mais ce que Viv pourrait également faire, ce serait browser le web ! Imaginons qu’il ait une capacité énorme à chercher et à trouver ce que vous désirez. L’internaute ne se contenterait plus d’accéder au contenu que lui propose le site sur lequel il est tombé en adoptant une des mille façons de chercher une information sur Google. Comme le prévoyait Chris Anderson, le web deviendrait une énorme application dans laquelle on n’aurait plus autant besoin de « surfer ». Mais si vous cherchez un heureux hasard, vous n’aurez qu’à le demander. Fini le filter-bubble à cause d’algorithmes qui essaient de deviner ce que l’on aime ! Viv aidera l’internaute à trouver exactement ce qu’il veut. Tous les doublons ou contenus de moindre qualité pourraient ainsi être amenés à disparaître de votre vue. Les médias pourraient voir leurs modèles se réinventer. Les intermédiaires, filtres de qualité, risquent de devenir de moins en moins utiles ; les journalistes freelances, les bloggeurs, les artistes et tous les créateurs pourraient voir leurs économies se « libérer » en obtenant un contact plus direct avec leurs audiences…

Et le brand content dans tout ça ? Il n’aura qu’à être vraiment bon, ciblé et bien réalisé. Un peu comme aujourd’hui. Mais s’il est rangé sous les bons mots clés, il aura peut-être besoin d’un peu moins de paid et d’earned média. Où qu’il soit, si Viv connaît bien vos goûts, il les dénichera pour vous…

Nesem Ertan
Redactrice Conceptrice & Communication Planner
@nesemertan

L'ADN - Le 5 sept. 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.