actu_23478_vignette

Je signe si vous congelez mon sperme !

En tant que dirigeant d’une entreprise dans le secteur d’Internet, comment je gèrerai la question d’une candidate qui me demanderait si nous avons une mutuelle, des RTT et si on congèle? Tribune de Richard Strul, CEO et fondateur de Résonéo

Voilà ce que devrait faire les grandes entreprises et la recherche française pour limiter la fuite des cerveaux vers les Etats-Unis et la Chine ! Il faudrait suggérer cela à Arnaud Montebourg s'il veut revenir un jour comme président et bouter les américains hors de notre PIB.

 

Comme Apple et Facebook avec vos ovules, mesdames...

 

Il est certain qu'à première vue cette initiative pourrait donner l'impression que ces entreprises prennent en compte les inégalités homme / femme dans l'entreprise, inégalités particulièrement fortes dans les milieux techniques, milieux d'hommes par excellence. Voire.

 

Apple et Facebook font très fort. De tout temps il y a eu des modes dans le management et les RH mais dans le cas présent, on sent qu'ils tiennent un truc. Quelques questions d’ordre pratique mais aussi morales et sociétales se posent néanmoins.

 

Auparavant lorsque l’on quittait une entreprise, on demandait à garder son numéro de portable, parfois sa voiture de fonction et depuis quelques temps la portabilité du DIF. Maintenant, si une femme quitte le navire, comment cela se passe pour la Häagen Dazs aux ovules   qui lui a été offerte ? Ils la jettent ? On la lui reprend avec l’ordinateur et le badge de la société le jour du départ ? On la lui donne dans une boîte en carton et elle apporte un sac Picard pour son solde de tout compte ?

 

Par ailleurs, est-ce qu'ils congèlent aussi l'utérus des dames en question pour être sûrs qu'elles pourront vraiment en faire usage quand elles auront fait une « vraie » carrière ou est-ce que cela les condamne à la GPA ? Parce que la GPA touche toute la société et pas uniquement Facebook et Apple. Quand on sait combien de couples ont explosé, détruits par l'horloge biologique de Madame et l'incurie gavée de PlayStation de Monsieur qui ne "se sent pas prêt à être père sans avoir vécu", il va se passer quoi, là ? Madame ne se sentira pas prête à être mère avant d'avoir été Senior Vice Présidente ? Et nos enfants nous appelleront grand'Pa et grand'Ma ? Parce que ces dames de la Silicon Valley auront des enfants à l’âge d’être grand-mère ou presque...

 

Comme l'a écrit le sociologue Michel Maffesoli, on inscrit une bonne fois pour toute dans le marbre le fait que la valeur travail passe devant le reste pour ces femmes, et que l'entreprise les encourage clairement à cela ; probablement aussi en filigrane que la construction de vie change de priorité.

 

Il est également tentant d'y voir la trace du transhumanisme ambiant qui plane aujourd'hui sur la Silicone Valley. Avez-vous lu  Google Démocratie ? Parce que si aujourd’hui on congèle, demain on pourrait aller encore plus loin : les cadres a à fort potentiel pourraient bénéficier d'une progéniture "boostee" par les technologies du génome. Tout cela sera-t-il réservé aux "High Potentials" de l'entreprise, comme les retraites chapeaux ou proposé  à chacun comme les tickets restaurants ?

 

Ce qui interpelle le plus, comme pour le droit à l'oubli, c'est que ces multinationales prennent la main sur des sujets de sociétés qui peuvent être lourds de conséquence, et finalement avec peu de contrôle des instances officielles, des gouvernements, du politique en général. Est-ce que les "firmes", grands financeurs des campagnes de Barack Obama, tentent des expériences de ce type en se disant que « sur un malentendu ça pourrait passer... »? Ou le pouvoir politique est il ravi que quelques volontaires prennent en charge des initiatives à risque ?

 

Est-on confronté tout simplement à l’horreur du vide ? Faute de positions claires des instances qui devraient gérer le sujet, ces entreprises américaines, bien plus à l’aise dans leurs socio-techno-paradigmes que les fonctionnaires d’état, préemptent les espaces, en fonction de leurs intérêts bien compris.

Comme l’a écrit une journaliste franco-américaine, tout cela n’est jamais qu’une version améliorée du planning familial. Pas de quoi se lever la nuit !

 

En tant que dirigeant d’une entreprise française dans le secteur d’Internet, je m’interroge sur comment je gèrerai la question d’une candidate qui me demanderait si nous avons une mutuelle, des RTT et si on congèle… J’en verrai forcément passer des exemples de ces grandes transnationales qui font de la mobilité une priorité… Et l’Europe est notoirement en retard sur tous ces sujets. Je doute malheureusement de trouver des réponses dans les conventions Syntec !

 

Enfin,en tant qu’individu, je me demande également si à l’heure ou certains écrivent que le modèle capitaliste est en voie de s’étioler au profit de la collaboration collective, une telle initiative ne va pas à contresens de l’histoire, en laissant les grandes entreprises s’immiscer plus loin dans nos trajectoires de vie et plus seulement dans nos carrières.

 

 Richard STRUL
CEO et fondateur de RESONEO

 


commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.