IA

Homme / Machine : la nouvelle alliance

Le 29 nov. 2016

Ce n’est pas l’apocalypse... c’est le début d’une relation glorieuse avec les machines. Une tribune de David Gosen, international SVP et Managing Director de Rocket Fuel.

Le mois dernier, lors de l’ouverture du « Centre for the Future of Intelligence », le physicien de la physique théorique Stephen Hawking a été interrogé sur les incidences de l’Intelligence Artificielle sur la race humaine.

En partageant la croyance que les ordinateurs peuvent imiter et en réalité dépasser l’intelligence humaine, le professeur Hawking a déclaré : « L’émergence d’une Intelligence Artificielle puissante sera soit la pire ou la meilleure chose qui puisse arriver à l’humanité. Mais nous ignorons encore laquelle. » Sa déclaration décrit le climat dominant d’incertitude sur les implications de l’intelligence Artificielle. Sera-ce la réalisation phare de l’humanité ou cela nous mènera t’il  à notre ultime remise en cause ?

Maintenant, je ne peux pas vraiment contester l’avis d’un homme aussi intelligent et expérimenté que le Professeur Hawking, mais je confirme mon optimisme et je suis persuadé que nous assistons à l’avénement d’une nouvelle ère dans laquelle les humains tissent des liens avec les machines.

Il n’y a aucun doute que le progrès, avec n’importe quel grand bouleversement, doit être précédé d’un débat approfondi et soutenu et d'une attention particulière portée aux conséquences probables afin de modérer tout inconvénient. Cependant, je ne peux pas envisager l’avenir sans un immense sentiment d’excitation relatif à ce que la révolution de l’Intelligence Artificielle apporterait à chacun d’entre nous et aux aspects de notre vie et les avantages dont nos sociétés bénéficieraient.

Apparemment je ne suis pas le seul. L’année dernière, Rocket Fuel a réalisé une étude auprès du public britannique, particulièrement bien renseigné sur les sujets technologiques, y compris l’Intelligence Artificielle et cela nous a grandement encouragé. Selon l’étude, presque deux fois plus des personnes interrogées pensent que l’Intelligence Artificielle peut résoudre des problèmes mondiaux d’envergure, comparé à ceux qui pensent que cela représente une menace pour l’humanité, 42 % des individus considèrent l’Intelligence Artificielle comme une force positive, comparé aux 21 % qui y voient une menace.

Sans aucun doute, les perceptions du public continueront à évoluer dès lors que plus de personnes seront exposées à des technologies basées sur l’Intelligence Artificielle et ressentiront leurs applications spécifiques leur impact positif. Je suis convaincu que l’optimisme ira de pair avec une meilleure compréhension. L’omniprésence de technologie a contribué à l’explosion dans la data. Cette data, essentiellement non structurée, a besoin d’être organisée. L’Intelligence Artificielle offre les moyens de maîtriser cette data pour reproduire les décisions et les actions humaines et nous libérer de nos lacunes.

Le pire cas imaginable de robots qui prennent le contrôle et deviennent ainsi les maîtres de l’humanité s’avère sans fondement dès lors que nous envisageons l’utilisation de l’Intelligence Artificielle dans des domaines spécifiques où les humains ne peuvent pas opérer efficacement. Le rôle des individus est de définir le cadre, les limites, d’orienter et de gérer les résultats.

Rassembler l’intelligence émotionnelle de l’humanité, ainsi que la précision et la flexibilité du machine learning générera des résultats que n’aurions pas cru possibles. Dans un monde de data en temps réel, l’Intelligence Artificielle dispose déjà d’un impact positif sur bon nombre d’entreprises et a plutôt tendance à proposer des améliorations concrètes, de l’innovation et de l’efficacité plutôt qu’une menace quelconque.

La peur généralement exprimée est l’incidence que l’Intelligence Artificielle pourrait avoir sur l’avenir des emplois. Si les machines sont capables d’apprendre les tâches que nous réalisons de façon répétitive, en les répétant sans cesse et sans limite horaire, alors à quoi servent les hommes ?

Alors que des activités, particulièrement celles basées sur le non-émotionnel et la répétition, peuvent redouter des répercussions à court terme sur leurs métiers, l’histoire souligne les avantages à long terme. La technologie et l’automatisation ont sorti les individus des usines et ont diminué l’emploi de dactylos depuis des années, tout en créant de nouveaux métiers et de nouvelles opportunités. Ceci a ainsi libéré le potentiel créatif des humains et leur a permis de passer leur temps à développer leurs compétences pour les nouvelles économies.

Au sein des entreprises, de nouveaux métiers, compétences et opportunités sont en augmentation. En observant l’industrie du marketing, la technologie a transformé les métiers et l’éventail des compétences. Nous avons assisté continuellement à l’émergence de nouveaux métiers qui n’existaient pas encore une ou deux décennies auparavant, comme les consultants SEO, les experts en social media et en mobile et les développeurs d’applications web.

L’harmonie des compétences de l’humain et de la machine offre la promesse d’une nouvelle ère de réussite et de prospérité globale

En effet, notre étude réalisée en 2016 « Ce que pensent vraiment les marketeurs » a été perçue très positivement par les professionnels, comment la transformation digitale pourrait affecter leurs futurs métiers. La grande majorité des marketeurs européens, 78 %, nous a déclaré qu’ils ne se sentaient pas menacés par la data et la technologie et pour 80 %, l’adoption technologique est nécessaire pour réussir.

Via l’application de la science des data au marketing, les entreprises peuvent analyser en toute transparence les milliards d’interactions que les clients possédent lors de leur parcours, de la notoriété de la marque en passant par l’achat. Les niveaux de data compris dans ce process sont immenses. Les humains ne peuvent pas accomplir cette tâche seuls. Le marketing a besoin de l’Intelligence Artificielle pour combler les lacunes sur ce que les marketeurs peuvent ou ne peuvent pas faire.

Alors que nous entrons dans l’ère de l’économie de la data, les entreprises employant de façon exponentielle les analystes big data et les data scientists pour découvrir les données qui généreront les bonnes décisions. Dès lors que la technologie et les capacités en machine learning continuent d’évoluer, ces métiers seront en augmentation constante.

Et alors qu’il est impossible de prédire quels métiers seront développés par l’Intelligence Artificielle, il est judicieux de suggérer que chaque tâche qui sera remplacée par l’Intelligence Artificielle représentera définitivement une nouvelle opportunité, plus intéressante et plus efficace.

Cela arrive. Alors soyons prêts. Les compétences en data et en technologie doivent être développées dès le plus jeune âge, ce qui signifie que les écoles, les universités et les centres de formation doivent avoir un programme en place qui s’adapte aux exigences en compétences dans le monde du travail.

Avec les protections et les procédures en place, la fin du monde aux mains d’armées de robots est peu probable. Alors que l’Intelligence Artificielle peut remettre en question les métiers que nous connaissons actuellement, l’harmonie des compétences de l’humain et de la machine offre la promesse d’une nouvelle ère de réussite et de prospérité globale. Le compromis dont nous avons besoin est de nous adaper pour changer et adopter les bonnes compétences et l’état d’esprit de l’Intelligence Artificielle pour réussir.

Un mélange, un équilibre, une belle relation
(Crédit photo: GLAS-8)
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.