habillage
premium 1
premium 2
Quatre sportif sur une embarcation de sport nautique
© technotr via Getty Images

Faites-vous (vraiment) de l’intelligence collective ?

Le 10 juill. 2019

Pour définir des projets d’entreprise, pour affiner sa raison d’être ou pour identifier des porteurs de solutions innovantes… tout le monde se met à l’intelligence collective ! Mais savez-vous vraiment ce que vous faites ?

Hier considérée comme un gadget communicationnel, l’intelligence collective s’impose aujourd’hui dans le paysage des organisations. Des salariés en quête de sens, des départements RSE pas toujours efficients, des processus d’innovation difficilement opérants… les raisons qui poussent les entreprises à pratiquer l’intelligence collective sont nombreuses. Comment tirer le meilleur du génie collectif ? Éléments de réponses avec Laurence Malençon, directrice innovation Hopscotch Groupe et Antoine Brachet, directeur exécutif Bluenove. 

L’intelligence collective se démocratise

De quoi parle-t-on au juste ? Pour Hopscotch, c’est l’ensemble des process et des outils qui permettent de dépasser le débat pour aller vers le travail de solutions en commun, avec des livrables à la clé, à petite échelle comme à grande échelle. Selon Bluenove, l’intelligence collective est la capacité à mobiliser des communautés de grande taille sur des enjeux clés pour co-créer des solutions nouvelles sur un temps court. Et si l’on en croit les résultats du grand débat national, où 2 millions de contributions ont été recensées en deux mois, les Français n’attendent que ça ! « La démocratie commence par la conversation », souligne Antoine Brachet, citant John Dewey. C’est d’ailleurs Bluenove qui a été chargé de synthétiser les contributions citoyennes libres (cahiers citoyens, courriers, emails et comptes rendus de réunion d'initiatives locales) pour les présenter au gouvernement. Résultat : 1 244 000 idées retenues et un travail titanesque de tri et de recoupement parmi toutes les données récoltées.

Car autant le dire tout de suite : l’intelligence collective ne s’improvise pas. Il ne s’agit pas de faire parler ou participer une audience, il s’agit d’en tirer le meilleur, d’en extraire des idées et des solutions. Mais bonne nouvelle pour les entreprises : les salariés sont motivés…

L’intelligence collective, une nouvelle culture d’entreprise

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 96 % des salariés estiment important d’être régulièrement consultés par leur entreprise, selon le Baromètre de l'intelligence collective massive publié le 6 décembre 2018. Ils sont 90% à considérer qu’ils doivent être associés à la construction de la stratégie de leur entreprise. En matière d’intelligence collective, ce n’est donc pas les salariés qu’il faut convaincre, ils sont déjà convertis ! Notamment les plus jeunes. Eux souhaitent dire adieu à l’entreprise verticale, quand ¼ d’entre eux veulent être considérés d’égal à égal par les managers, selon une étude de Mazars.

Décathlon est précurseur sur les sujets d'intelligence collective, c'est une vraie culture d’entreprise. La marque française d’équipements sportifs mise sur des ateliers en interne et ouvre ses plateformes à toutes ses parties prenantes. Résultat ? Un fort engagement des équipes et un turn-over si bas qu’il ferait pâlir d’envie bon nombre de DRH. Aussi, l’intelligence collective est à regarder sous l’angle des bénéfices pour les collaborateurs. La confiance en soi, en l'autre, en son potentiel et dans le groupe sont des facteurs d’épanouissement essentiels…

Une recette en quatre ingrédients

Selon Laurence Malençon, directrice de l’innovation chez Hopscotch, qui a animé plus de 30 ateliers en 6 mois, l’intelligence collective a de multiples vertus, notamment pour définir le positionnement et la raison d’être des entreprises. Repartir sur des bases solides, comprendre son public, imaginer des concepts créatifs, adapter son discours, créer sa feuille de route… en s’appuyant sur l’intelligence collective, une entreprise gagne en cohérence. C’est la teneur de l’offre baptisée Striken , créée en commun par Hopscotch et Bluenove pour constituer des dispositifs de consultation et d’engagement à grande échelle dans les entreprises. 

Mais comment faire ? Selon Laurence Malençon, la recette miracle tient en quatre ingrédients : une méthodologie rigoureuse, l’Humain, des briefs ouverts et l’intégration d’éléments perturbateurs. Et ce n'est pas tout. Il s’agit également de savoir libérer l’énergie des collaborateurs pour leur donner envie de participer. 

Par ailleurs, une clé puissante de succès de ces démarches réside dans l’engagement des publics que l’on veut y impliquer. Le sens ne suffit pas souvent pour combattre l’engorgement des journées, la perplexité devant des dispositifs digitaux, le scepticisme...C’est pourquoi ces actions doivent être conçues comme de véritables campagnes de communication, avec un soin particulier apporté à l’UX, à la création, au rythme impulsé.

Ainsi, pour vraiment donner toutes les chances à la démarche de l’intelligence collective, il faut savoir s’ouvrir un peu ! L’innovation naît souvent de la rencontre entre toutes les parties prenantes (salariés, clients, fournisseurs, experts, partenaires…). Le fournisseur d’énergie français Engie a ainsi invité ses collaborateurs à aller chercher de l’information auprès de leur partie prenante pour stabiliser des décisions stratégiques. Dans le cadre de « Imagine 2030 », Engie s’est même lancé dans une concertation géante avec plus de 150 000 salariés pour explorer le futur et la place que le groupe pourrait occuper.

L’avenir des organisations réside-t-il dans de grands débats ? Les Français semblent bien décidés à donner davantage leur avis. Huit Français sur dix (79%) veulent que la démarche de grands débats nationaux se poursuive à l'avenir, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro. Une démocratisation à laquelle les entreprises n’échapperont pas.

POUR ALLER PLUS LOIN :

Les compétitions d’innovation trustées par des entrepreneurs chevronnés ?

Intrapreneuriat : et si vous laissiez vos salariés changer le monde ?

On a testé le team building au musée du Louvre (et on a déjà envie de recommencer)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.