premium 1
premium 1 mobile
Le nouveau pneu concept de Goodyear, baptisé Oxygene

Le pneu du futur est en mousse vivante !

Le 13 mars 2018

Goodyear a dévoilé son pneu du futur : à l'intérieur, on retrouve de la mousse vivante !

La nature inspire : après le pneu Michelin qui adoptait une structure biomimétique, c’est au tour de Goodyear de puiser son inspiration dans l’environnement. La marque a en effet présenté un concept baptisé Oxygene, destiné à améliorer la qualité de l’air.

Dévoilé à l’occasion du Salon de Genève 2018, ce pneu a une structure toute particulière qui lui permet d’abriter… de la mousse vivante.

L’idée, loin d’être saugrenue, répond à des enjeux d’actualité : sécurité et environnement. D’une part, le design du pneu permet d’absorber l’humidité de la route. D’autre part, cette eau enclenche un mécanisme de photosynthèse – la mousse absorbe le CO2 présent dans l’air - et libére de l’oxygène.

Oxygene, un concept de pneu écolo présenté par Goodyear
« Plus des deux tiers de la population vivra dans des villes d’ici 2050 », prédit Chris Delaney, Président de Goodyear EMEA. « Il faudra développer des infrastructures et des transports plus intelligents et plus verts : c’est crucial pour relever les défis les plus pressants de la mobilité et de son développement ».

Inspiré du biomimétisme mais aussi de l’économie circulaire, Oxygene est conçu pour réduire les déchets, les émissions polluantes et les pertes d’énergie grâce à plusieurs solutions :

  • Dans une ville plus grande que Paris, la solution de « nettoyage » de l’air proposée par Goodyear permettrait de produire près de 3 000 tonnes d’oxygène et d’absorber plus de 4 000 tonnes de dioxyde de carbone par an. Un compromis qui permettrait de mettre fin au débat concernant la piétonnisation des berges de Seine ?
  • Tout comme son copain de chez Michelin, l’Oxygene de Goodyear est imprimé en 3D à partir de résidus de caoutchouc et de pneus recyclés. Léger, il absorbe les chocs. Sa structure non-pneumatique lui permet de durer plus longtemps qu’un pneu traditionnel.
  • Rien ne se perd : l’Oxygene utilise l’énergie de la photosynthèse pour produire de l’électricité et alimenter ses composants électroniques (capteurs sensoriels, lumière, mais aussi processeur doté d’une intelligence artificielle).
  • Communiquer plus vite que la lumière : grâce au LiFi (une technologie de communication sans fil qui fonctionne grâce à la lumière), le pneu se connecte aux objets connectés, permettant aux véhicules de communiquer entre eux, mais aussi avec les infrastructures – ce qui pourrait permettre de collecter de précieuses données pour une meilleure circulation.

Réjouissant !.. Mais aussi un poil frustrant : les constructeurs automobiles ont tendance à voir loin lorsqu’ils développent leurs concepts. Peu de précisions quant à une éventuelle commercialisation… Pour les équipes, il s’agit surtout d’un moyen de trouver de nouvelles solutions et de « mener le débat autour d’une mobilité intelligente, sûre et durable dans le futur ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.