franpixx

Ouvert 24h/24, un Franprix fait 20% de ses ventes la nuit

Le 26 mars 2018

En trois semaines de test, le magasin réalise déjà 20% de son chiffre d’affaires quotidien la nuit. L’enseigne du groupe Casino ne s’est pas trompée en répondant aux nouveaux besoins des consommateurs et consommatrices urbain·e·s.

Depuis le début du mois de mars, le Franprix situé au 12 rue Cossonnerie du 1er arrondissement parisien, dans le quartier des Halles, reste ouvert toute la journée et toute la nuit. Surveillé·e·s par deux agents de sécurité, les client·e·s y évoluent seul·e·s et payent aux caisses automatiques, qui prennent le relais des employé·e·s. En cas de problèmes, les clients et clientes peuvent contacter la télémaintenance via un bouton d’appel situé sur les caisses.

Comme l’impose la législation, la vente d’alcool est proscrite entre 21h et 6h du matin, donc pas la peine d’appeler pour ça, les armoires à liqueurs resteront cadenassées. Les affiches qui le précisent à l’extérieur dévient les potentiel·le·s casseur·se·s ivres et la supérette ne déplore pour l’instant aucune dégradation.

Par contre, plus rien n’empêche désormais les riverain·e·s de s’offrir une pause chocolat (ou de parer à une urgence couches) à 4h du mat’.

Franprix n’envisage pas de généraliser ces horaires à toutes ses adresses, mais de les développer dans des zones stratégiques de flux nocturne, « où il y a un besoin » a déclaré la porte-parole du groupe Casino à l’AFP. Un deuxième supermarché devrait d’ailleurs tenter l’expérience « dans les jours à venir ».

Face à la concurrence grandissante d’Internet, à l’implantation éventuelle d’Amazon et ses magasins sans caisse et à l’arrivée prochaine d’un grand supermarché Leclerc dans Paris intramuros, les commerces de proximité doivent réagir vite, à l’image de Franprix.

En se montrant attentionnée aux besoins et demandes de ses client·e·s, en créant chez elles et eux de nouvelles habitudes de consommation, et en transformant cette initiative en bénéfices, l’enseigne montre la voie !

Laura Dubé - Le 26 mars 2018
À lire aussi