Le film sur l'affaire Kerviel

Bosser à La Défense, plutôt crever ? Bonne nouvelle ! Paris réinvente les quartiers d'affaires

Le 31 oct. 2018

Créer le quartier d’affaires le plus durable au monde ! C'est le projet "Les Deux Rives". Un projet un peu dingue mené conjointement par La Mairie de Paris et le Groupe RATP. Décryptage par Navi Radjou.

Les Deux Rives désigne la zone dense à Paris située entre Bercy, Tolbiac, la gare d'Austerlitz et la gare de Lyon. Divisé en deux par la Seine qui la traverse, Les Deux Rives est le quatrième quartier des affaires de la capitale française avec 700 entreprises employant 100 000 personnes.

Les Deux Rives a pour ambition de devenir le premier « quartier circulaire » parisien opérant selon les principes de l'économie circulaire, permettant aux entreprises qui y sont implantées de partager des équipements, des espaces, et des services et de recycler les déchets de manière synergique.

Dans la phase pilote actuelle, 30 entreprises et organisations du secteur public, telles que la Mairie de Paris, la RATP, Natixis, le Ministère de l’Intérieur, Hôtel Pullman et la Caisse des Dépôts, travaillent ensemble sur trois initiatives clés : réduire les emballages alimentaires jetables, mutualiser les plateformes de covoiturage existantes, et gérer collectivement les déchets.

Les entreprises industrielles pratiquent depuis longtemps la symbiose industrielle : des usines co-implantées, comme dans le parc éco-industriel de Kalundborg au Danemark, partagent les déchets matériels, l’énergie et l’eau en tant qu’écosystème intégré. Mais Les Deux Rives innove en adoptant cette approche symbiotique dans le secteur des services, qui représente près de 70% du PIB mondial, et ceci dans un environnement urbain dense.

Le projet Les Deux Rives s’appuie sur une plate-forme de collaboration numérique qui permet aux grandes entreprises, PME, entrepreneurs, associations, et citoyens de partager les bonnes pratiques et de co-créer des solutions. Abritant la Station F, le quartier est en train de devenir un terreau fertile pour les entrepreneurs sociaux issus des générations Y et Z, désireux d’utiliser leurs talents pour construire des communautés équitables, saines et durables.

Le 17 septembre, à la Station F, j'ai participé à un évènement organisé par la Mairie de Paris et la RATP, réunissant tous les acteurs impliqués dans le projet Les Deux Rives. L'événement a mis en valeur des startups inspirantes dédiées à la construction d'une économie circulaire telles que :

Newcy, qui fabrique des gobelets réutilisables adaptés aux distributeurs automatiques (chaque année, 4,7 milliards de gobelets sont jetés en France, dont seulement 1% sont recyclés).

K-Ryole, l'inventeur d'une remorque à vélo électrique intelligente et autopropulsée pouvant transporter jusqu'à 250 kilos en toute sécurité et offrant une option « verte » de livraison du dernier kilomètre.

Pandobac, qui propose des bacs réutilisables pour le transport des marchandises alimentaires de l’agriculteur au commerçant (rien qu’en région parisienne, 300 000 emballages sont jetés chaque jour).

Sous le leadership des maires comme Anne Hidalgo (Paris) et des gouverneurs comme Jerry Brown (Californie), des villes et des régions à travers le monde prennent les devants dans la lutte contre le changement climatique. Hidalgo préside le C40 Cities Climate Leadership Group, qui regroupe plus de 90 mégapoles du monde déterminées à faire face à la crise climatique. Jerry Brown, qui a récemment accueilli le sommet mondial pour l’action climatique à San Francisco, a signé un projet de loi visant à faire passer la Californie à 100 % de production d'électricité en énergie renouvelable d'ici 2045.

Dans ce contexte, le projet Les Deux Rives offre de précieuses leçons aux décideurs politiques régionaux et municipaux qui souhaitent allier développement économique, inclusion sociale et durabilité :

Leçon n°1 : Les partenariats public-privé-société civile sont la clé du succès à long terme

En 2015, Les États Généraux de l’économie circulaire du Grand Paris—organisés avec plus de 240 acteurs du secteur économique, associatif, institutionnel, et académique—avaient débouché sur un livre blanc avec 65 propositions pour le développement de l’économie circulaire.

En juillet 2017, le Conseil de Paris a adopté le « Plan économie circulaire de Paris» et sa première feuille de route pour la transition de la Ville lumière vers une économie circulaire. La feuille de route identifie 15 actions concrètes—dont Les Deux Rives—pour permettre une production et une consommation durables et éliminer les déchets à Paris d’ici 2020.

La Mairie de Paris supervisera la mise en œuvre de ces 15 axes de travail en partenariat étroit avec les entreprises, associations, start-up, et citoyens.

Que peuvent en apprendre les autres conseils municipaux? Ils doivent utiliser une approche « d’innovation ouverte » et impliquer toutes les parties prenantes dans la délibération, la conception et la mise en œuvre de la stratégie de développement durable de leur ville afin de renforcer sa légitimité et son acceptation sans faille.

Leçon n° 2 : Un leadership fort est nécessaire pour mener à bien les projets pilotes

Les Deux Rives est une initiative phare du schéma directeur de l’économie circulaire de la capitale française. Lorsque les enjeux sont si importants, il est impératif que les villes—et leurs partenaires du secteur privé et de la société civile—désignent des dirigeants très compétents pour mener à bien les projets pilotes stratégiques.

Le projet Les Deux Rives est co-dirigé par deux leaders exceptionnels : Antoinette Guhl, adjointe à la Maire de Paris chargée de l’économie sociale et solidaire, de l’innovation sociale, et de l’économie circulaire et Marie-Claude Dupuis, directrice stratégie, innovation et développement de la RATP. Guhl et Dupuis possèdent des talents diplomatiques et un esprit entrepreneurial et ont une grande expérience de la direction de projets de grande envergure et de la coordination d’alliances multipartites.

Leçon n°3 : Les initiatives de durabilité doivent incorporer une dimension sociale

Aujourd’hui, l’économie circulaire met l’accent sur la réutilisation des ressources et le recyclage des déchets, ce qui génère une efficacité accrue dans une économie capitaliste, mais ne résout pas les inégalités sociales généralisées. Les Deux Rives veut changer cela. Il veut faire en sorte que chaque activité de recyclage dans ce quartier génère également une valeur sociale pour les citoyens défavorisés, transformant ainsi l’économie circulaire en une économie « en spirale » vertueuse.

Par exemple, Le Petit Bain, un lieu culturel flottant amarré sur la Seine, remet ses palettes de livraison de boissons à 13 Avenir, une association qui lutte contre le chômage de longue durée. 13 Avenir transforme ces palettes en belles tables et chaises avec l’aide des anciens chômeurs de longue durée (13 Avenir les embauche en contrat à durée indéterminée) et les revend à Le Petit Bain pour les utiliser sur sa terrasse.

Leçon n° 4 : Les quartiers d'affaires sont les catalyseurs de l’économie de partage inter-entreprises

Aujourd'hui, l'économie du partage se limite aux transactions entre particuliers, comme les citoyens partageant directement des voitures et des appartements. Mais comme le démontrent Les Deux Rives, les quartiers d’affaires—avec leur forte concentration d’entreprises—peuvent être à l’avant-garde du partage inter-entreprises, permettant aux entreprises co-implantées de partager toutes sortes des ressources : déchets, espaces de bureaux non utilisés, employés, voire propriété intellectuelle.

L’économie de partage entre particuliers devrait passer de 15 milliards de dollars en 2014 à 335 milliards de dollars d’ici 2025. Toutefois, les villes pourraient générer des trillions de dollars de valeur économique potentielle en stimulant le partage entre les entreprises dans leurs quartiers d’affaires. Les conseils municipaux doivent créer un nouveau cadre compréhensif (qui couvre la responsabilité juridique, la fiscalité, la protection de la propriété intellectuelle et les droits des travailleurs) afin d’inciter les entreprises à partager leurs actifs, leur personnel et leur propriété intellectuelle.

Leçon n°5 : Oubliez la Silicon Valley ! La durabilité est la grande tendance dans l'entrepreneuriat

 La Silicon Valley—avec son sexisme flagrant et sa culture d'innovation élitiste (ça vous tente un presse-agrumes connecté au Wi-Fi à $700 ?)—perd de son attrait pour les entrepreneurs des générations Y et Z soucieux de la société et de l’écologie. Ces jeunes innovateurs ne sont pas intéressés par l’envoi d’une voiture de sport sur Mars ; ils souhaitent plutôt utiliser leur talent et leur énergie pour préserver la planète Terre et construire des communautés inclusives, équitables et saines.

Lors de ma visite aux Deux Rives, j'ai rencontré des diplômés de grandes écoles d'ingénieurs et de commerce françaises qui ont refusé des offres d'emploi de grandes banques et de cabinets de conseil. Ils ont choisi de lancer des start-up proposant des services pour développer une économie circulaire.

En adoptant une stratégie audacieuse en matière de développement durable à l’instar de Paris, les villes pourraient attirer une nouvelle génération d’entrepreneurs conscients dotés d’un esprit d’entreprise, d’un cœur social et d’une âme écologique, qui dynamiseraient l’économie locale, renforceraient les liens sociaux et contribueraient à faire reculer le changement climatique.

D'ici 2050, près de 70% de la population mondiale vivra dans des zones urbaines. Les villes doivent prendre la tête du monde en luttant—et en inversant—le changement climatique. Les Deux Rives offrent aux décideurs municipaux des informations clés et des leçons pratiques sur la manière de faire participer le secteur privé et la société civile à la construction de quartiers socialement inclusifs et durables. Dans ces communautés durables, pour reprendre le slogan de Les Deux Rives, « rien ne se perd et tout se transforme ».

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.