actu_32499_vignette

Havas Event : portrait d’agence

« L’une des vertus de l’événement, c’est qu’on ne peut pas tricher. Nous sommes dans le réel » . Julien Carette et Frédéric Bault présentent Havas Event. Portrait d’agence autour du partage et de l’émotion.

Dans la logique « havassienne » et l’esprit du village, toutes les compétences événementielles du groupe Havas sont réunies au sein d’Havas Event. Corporate, entertainement, intérêt général,  luxe, international… Toutes les ressources sont mutualisées. Pour Julien Carette, Président, cela permet de créer un environnement sain, à la fois du point de vue du fonctionnement que de la répartition économique. « C’est ce qui nous démarque de nos concurrents : cette intégration totale » . L’avantage, ce sont des consultants qui accompagnent les clients à l’année dans les agences du groupe et qui apportent un savoir-faire sur les contenus et la stratégie de marque ou d’influence. « Nous on travaille sur le concept, la mise en scène, l’idée événementielle qui accompagnera cette stratégie. C’est vraiment nécessaire de comprendre les enjeux au long cours et de pouvoir répondre sans frontières aux problématiques des clients » .

Pour Julien Carette, l’événement est devenu un levier stratégique pour les entreprises. «  Une marque leader doit préempter la valeur centrale ou la clé de la transformation de son marché.  Pour en prendre le thought leadership, elle doit organiser l’événement de référence sur cette question et en animer toute la communauté des stakeholders : clients, partenaires, futurs talents, chercheurs, influenceurs… ». C’est le modèle de Michelin sur la mobilité durable, d’Orange sur l’innovation et la convergence ou de Sodexo sur la Qualité de Vie.

Pour les équipes, un événement doit toujours servir une stratégie de marque. « Nous sommes un intégrateur de moyens » … qui se déploient en plusieurs temps : avant, pendant et après l’événement. « Nous travaillons en nous appuyant sur les meilleures compétences du groupe : RP, campagnes, digital… Cela nous permet d’accélérer le potentiel de partage d’un événement et son rayonnement » , explique Frédéric Bault, Directeur de création. Car l’efficacité d’un événement ne se mesure pas que le jour J : il faut penser rayonnement, image de marque et partage hors des murs. « Nous devons donner des raisons tangibles de communiquer » . Le moment est forcément « plus sincère » qu’en publicité : en direct, on n’a pas le droit à l’erreur. « Ce sont des moments différents, on assiste à la vérité d’un échange. L’émotion est vivante » .

En plus de cette émotion, la tension toujours présente propose une autre qualité d’échange.   « C’est un peu nouveau dans notre métier. Auparavant, nous arrivions souvent en aval d’autres expertises. Aujourd’hui, nous intervenons en amont pour imaginer une idée, un dispositif. Il ne s’agit plus de décliner, mais souvent de prendre le lead d’une séquence de communication structurée autour d’un événement.». Les annonceurs et les marques structurent de plus en plus leurs temps de communication autour d’événements forts et structurants. « Cela répond à de nouvelles attentes : avec la crise de l’audience, c’est plus difficile pour une marque de toucher les gens avec de l’achat d’espace classique. Un événement assure une relation privilégiée avec son audience. Les agences événementielles ont toujours travaillé sur la logique du bouche à oreille, de la recommandation et de l’expérience partagée. Et nous le faisons aujourd'hui dans des proportions  démultipliées » .

 

Avec le numérique, la logique communautaire et de l’instantanéité permet un partage émotionnel. « Le digital n’a pas du tout tué l’événement, il le prolonge » . Les opérations sont hybrides, les équipes aussi. « Nous pouvons aussi nous occuper des réseaux sociaux de nos clients, selon leurs besoins » . L’écosystème vit en temps réel, il ne faut pas louper le tempo. « Ça demande aussi aux clients d’être dans cette instantanéité-là, de savoir lâcher prise quand il le faut. Cette démarche se construit, en collaboration » .

Ce réel demande une grande préparation. « Nous ne sommes jamais dans l’improvisation. Tout doit être anticipé » , ce qui n’empêche pas la sincérité du message. « Nous devons penser des expériences globales. C’est une histoire d’individus, qui se retrouvent ensemble ou en différé pour partager un moment. Il faut penser leurs rencontres, leurs échanges, leurs relations avec les marques, leurs découvertes du contenu » . Il y a presque un aspect psychologique à la préparation d’un événement.

Julien et Frédéric rappellent que l’événementiel, ce n’est pas un métier, mais une agrégation de nombreux métiers. « Nous sommes un hub où nous réunissons des artisans, des artistes, des lieux, des technologies » . Pas de rapport de sous-traitance entre l’agence et ses partenaires. « Nous entretenons un rapport solide, nous intégrons une chaîne de valeur humaine sur le long terme. Nous sommes une entreprise participative » . Et c’est aussi là la vraie originalité du de notre agence : l’idée vient de partout. « Il faut savoir rester modestes et perméables » .

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.