actu_25516_vignette_alaune

Croyez-moi, je vous mens

“L’idiot qui nourrit le monstre”. Voilà comment se présente Ryan Holiday, ancien Directeur de la communication d’American Apparel, et auteur de la nouvelle Bible des médias : “Croyez-moi je vous mens – Confessions d’un manipulateur des médias”. Il était une fois… 327 pages dans cette jungle d’irréalité que nous appelons Presse.

Mais de quel monstre nous parle-t-il ? Son monstre, “c’est le meilleur des mondes, celui des nouveaux supports médiatiques”. Et pour lui donner vie, Ryan Holiday introduit son essai par cette caricature datant de 1913, du Leslie Illustrated Weekly Newspaper:

 

- Book trailer -

Et voilà ce que cela donne, remodernisée par Ryan H. à l’heure de l’infobésité:

Source : Business Insider 

Intemporelle, c’est d’après lui la meilleure leçon de journalisme qui soit. Il faut simplement nourrir le monstre – première partie du livre – pour ensuite saisir la manière dont il attaque – deuxième partie - et mieux s’en protéger. Car selon lui, “ce qui débute en ligne se prolonge dans la réalité”. En clair, il nous explique comment le système “politico-économico-médiatique” dans son ensemble travaille depuis des décennies à son autodestruction. Et encore plus vite aujourd’hui, à la vitesse du clic.

D’une anecdote à l’autre, et suivant ce schéma, il nous décrit comment il a trompé, dupé et manipulé l’ensemble du web, des petits blogs locaux aux grands sites de presse internationaux: “les infos sont fabriquées et contrôlées par les marques, et personne ne fait l’effort de mettre fin à ces procédés”. Ce qui a fait son succès, c’est donc bien la maladie des médias: l’argent. Course au clic, culte de la vitesse et loi du trafic. Ryan H. dénonce l’arnaque d’un système basé sur la publicité et règle par la
même occasion ses comptes avec le métier.


Nourrir le monstre

Une première partie décomposée en 9 tactiques – aux titres quelque peu racoleurs - pour user du système à la Holiday:

Les blogueurs sont pauvres, aidez-les à payer leurs factures

Racontez-leurs ce qu’ils veulent entendre

Donnez-leur ce qui se partage, pas ce qui est intéressant

Aidez-les à rouler leurs lecteurs

Vendez-leur ce qu’ils savent vendre

Mettez le paquet sur les gros titres

Abreuvez-les de pages vues

Utilisez la technologie contre elle-même

Faites comme tout le monde: inventez des infos

Des journalistes et des blogueurs qui vivent sous perfusion de cadeaux, de scoops et de polémiques en tous genres. Des patrons leaders d’opinion qui ne font qu’abuser de ce qu’ils lisent sur les blogs afin de faire du profit.

Des sources anonymes. Des lecteurs transformés en “machine à générer des vues”. Et des marques qui en profitent allégrement. Voilà le tableau de la blogosphère que nous fait Ryan H: “le web n’a qu’une valeur monétaire” et “les statistiques fabriquent l’information”. Tout cela, bien évidemment, au détriment de la vérité, et de la qualité des contenus.

Plus concrètement, l’objectif d’après lui est de “créer une vague d’informations qui s’auto alimentent. La stratégie : partir de rien et arriver à quelque chose en mettant un petit blog disposant de peu de moyens sur la piste d’une anecdote. Ce blog devient la source d’un blog plus important qui va développer cette anecdote pour en faire un sujet qui sera ensuite repris par des supports médiatiques de premier plan”.

Seule contrainte: avoir un sujet à fort potentiel médiatique. Quand la machine est lancée, vous n’avez plus qu’à attendre qu’ils se renvoient tous la balle : “il s’agit uniquement de blogueurs qui informent des blogueurs qui informent des blogueurs”. Effet : boule de neige.

Le monstre attaque

Plus “philosophique”, la seconde partie du livre explore la perversité et la toxicité de la Toile : “le monde de l’imagination au service de la chasse au clic”. Économie du lien, racket en ligne, langue de bois, prédictions et suppositions sans fin, non-vérification des sources, mythe des corrections, vandalisme culturel, cérémonie de dégradation et irréalité… Ryan nous dit ici à quel point le journalisme itératif est devenu la norme. “Les blogs ne sont rien d’autre que des arènes pour des corridas numériques” et “l’information devient alors un amalgame d’amalgames”.

Selon Ryan H., nous vivons donc dans un pseudo-environnement, participons à des pseudo-évènements, et lisons des pseudo-informations.

Par contre, nos comportements sont plus que réels. La mécanique semble bien huilée : Il est impossible de distinguer le réel de l’irréel. “Nos infos ne sont pas des infos, ce sont des opinions travesties en infos. Nos opinions ne sont pas des opinions, ce sont des émotions qui ressemblent à des opinions. Notre information n’est pas de l’information, ce n’est qu’une série de symboles assemblés à la hâte”

Mais au final, que nous apprend Ryan? Que les médias nous manipulent.

Rien de neuf sous le soleil.

Tous coupables. Tous responsables. Nous nourrissons tous le monstre. Et il ne faudra pas compter sur Ryan pour le tuer, il n’a toujours pas trouvé comment. Il nous rappelle seulement que “quand les lecteurs commenceront à exiger que la qualité prime sur la quantité, l’économie des contenus sur Internet changera”. Grand Prince Ryan.

Mais c’est tout de même ce type de livre qui nous donne l’occasion de nous arrêter et de réfléchir: que (qui?) nous racontent les histoires?

Consommateurs et créateurs de contenu en ligne, lisez ce livre.

Caroline Martin

@CarolineMrtn

Livre disponible aux Éditions Globes

Relations Presse: Anne & Arnaud

*Blogs: Ryan Holiday emploie le terme blog pour designer d’une manière générale tout ce qui est édité sur le net

premium2
commentaires

Participer à la conversation

  1. William dit :

    Livre génial ! Je le recommande.

    J'ai fais un article sur ce livre si cela peut vous intéresser : https://les-meilleurs-livres.fr/croyez-moi-je-vous-mens/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.