habillage
premium1
habillage
actu_28308_vignette_alaune

Booxup réinvente la lecture

Le 21 oct. 2015

Finies, les grandes bibliothèques poussiéreuses et sombres ! Aujourd’hui plus que jamais le livre doit vivre et accéder au libre-échange. Booxup y croit dur comme fer et a monté son propre « club littéraire » sous couvert d'une application gratuite.

Difficile de se séparer d’un livre lorsque celui-ci nous a marqué : celui-ci trône en maître dans notre bibliothèque, sans avoir, pour la plupart du temps, la chance d’être feuilleté à nouveau un jour. Et pourtant sa lecture nous a fait rêver, nous a permis de grandir, d’ouvrir notre esprit, apporté un indéfectible plaisir que l’on a du mal à partager, à moins de le prêter ou de le conseiller à un curieux. C’est un peu cette réflexion qui a mené à la création de la start-up Booxup : comment faire profiter les autres de la plupart des ouvrages qui sommeillent chez les particuliers ? Une idée simple comme la plupart du temps et qui aujourd’hui trouve un formidable écho auprès des lecteurs assidus.  

Car Booxup c’est un peu le Tinder du livre. Simple d’utilisation, gratuite, cette application de partage littéraire est le fruit de la création de David Mennesson et Robin Sappe qui croient encore au papier et rêvent de créer « la plus grande bibliothèque qui soit, un service qui mutualise tous les livres que les gens ont chez eux ». Booxup est facile d’utilisation : il suffit à l’utilisateur de scanner les codes-barres des livres pour les enregistrer sur la plate-forme et de se connecter via Facebook ou Twitter, la géolocalisation se charge du reste. Les « booxupers » ne voient aucune localisation de façon précise. Les positions sont données à titre indicatif dans un rayon de 100 mètres. Aux utilisateurs ensuite de se mettre en contact pour emprunter ou prêter un livre. La transmission est libre : dépôt dans une boîte aux lettres, rendez-vous dans un lieu public, rencontre autour d’un café, chacun peut procéder comme il le souhaite.

« Nous sommes dans un système complètement ouvert, l’usage principal est l’échange de livres : il n’existe aucune notion de vente », déclare Robin Sappe.

On trouve de tout sur Booxup : du manuel scolaire, au roman, en passant par des essais, des guides de voyage, des livres pour enfants extrêmement diversifiés, des livres de recettes de cuisine… 35 000 livres en totalité, et vingt langues proposées. Les utilisateurs sont situés majoritairement en France et à Paris, mais également sur les cinq continents. L’équipe de Booxup n’est composée que de trois personnes qui se divisent en business, conduite de projet, communication et marketing. Les locaux de la startup sont situés dans l’hôtel La Louisiane, un lieu mythique à Saint-Germain-des-Prés puisque de nombreuses personnalités comme Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, ou encore Salvadore Dali, y ont séjourné.

« De manière pragmatique, nous avons démarré le projet à temps plein depuis l’été dernier, en 2014. L’application dans sa version actuelle est sortie au moment du salon du livre cette année en mars, une nouvelle version est prévue au mois de novembre. Finalement notre seul investissement en termes de communication a été de louer un stand sur ce salon, ce qui nous a permis de rebondir. Le marché du livre est énorme, plus que celui du cinéma, de la musique ou de la video ; ce qui plait en plus chez Booxup c’est que l’initiative fédère le digital, un sujet qui passionne aujourd’hui, et l’économie collaborative, une tendance très actuelle. »

La startup a réussi une levée de fonds de 310 000 euros au mois de juin auprès d’investisseurs privés. L’équipe a eu néanmoins la surprise au même moment d’avoir la visite de la DGCM (Direction général de contrôle des marchés) pour un contrôle. Y aurait-il eu des plaintes d’éditeurs qui pourraient craindre un effet Amazon ? Robin Sappe ne croit pas : « Les inquiétudes se situent plus autour des questions d’économie collaborative, cela aurait plus à avoir avec des phénomènes comme Ebay et AirBnb. »

Booxup va mettre en place des systèmes de monétisations d’audience à partir de la version 2, le business model est basé la dessus.

« Un système de recommandation par algorithme en cours de développement. Aujourd’hui quand vous vous connectez, vous scannez vos livres, vous avez accès à l’ensemble des utilisateurs de manière géolocalisée et vous cliquez de manière à accéder à la bibliothèque : les livres sont classés des plus récents aux plus anciens, la rentrée littéraire est actuellement proposée. Sur la V2, nous allons mettre en place des systèmes de prismes qui permettront également de les trier par genre. »

 

L'application est disponible ici

Sylvie le Roy - Le 21 oct. 2015
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.