habillage
premium1
orchestre

La musique classique adopte les nouvelles technologies

L'ADN
Le 18 mai 2017

A l’occasion des préparatifs de la prochaine production du collectif “Le Balcon”, Olivia Mauriac réalise une interview de son talentueux chef d'orchestre, Maxime Pascal.

Quelle est votre définition du rôle de chef d'orchestre ?

Le chef d'orchestre sert à faire le lien entre les musiciens, les chanteurs, les danseurs et le public, à faire danser tout le monde ensemble en somme. Il est le garant que la musique qui a été écrite par le compositeur ou que le geste théâtral qui a été pensé par le metteur en scène soit bien transmis au public car c'est lui qui, à la fin, raconte l'histoire en live. Il coordonne toutes les forces artistiques afin de faire en sorte que tout le monde raconte la même histoire d'une même voix.

orchestre

Parlez-nous du "Balcon", l'ensemble que vous avez créé...

Pendant longtemps on ne pouvait pas définir ce que c'était "Le Balcon" car il réunit des artistes très différents. Il y a des instrumentistes, des chanteurs, des vidéastes, des danseurs, des ingénieurs du son ou encore des compositeurs, en somme tous les profils qui nous permettraient de réaliser n'importe quel type de spectacle. Un opéra, un concert, une performance d'installations bizarres dans un lieu bizarre, tout est possible. Nous jouons tous types de musique, de Monteverdi à la musique plus romantique de Mahler ou de Strauss jusqu'à de la musique plus récente qui inclut de nouveaux langages, de nouveaux outils liés à la spatialisation du son. Aujourd'hui on peut dire que "Le Balcon" est un orchestre, une troupe, une compagnie qui peut faire n'importe quel genre de spectacle, n'importe quand et n'importe où. Cela nous permet d'avoir un geste qui va à l'encontre de celui d'une institution qui vise à pérenniser un modèle, nous, nous cherchons à réunir des artistes dans des créations inédites et éphémères.

La sonorisation de l'orchestre représente-t-elle une innovation ?

Techniquement la sonorisation existe depuis que le micro a été inventé. Ça s'inscrit dans la continuité d'une grande tradition symphonique et opératique qui va de Wagner à Stockhausen qui vise à ce que le spectacle soit de plus en plus immersif, de plus en plus saisissant pour l'auditeur. Ça s'inscrit également dans la continuité de la lutherie, le développement des instruments se poursuit aujourd'hui avec l'ensemble des technologies informatiques et de diffusion du son donc on est plutôt dans la poursuite et l'évolution d'un geste académique et traditionnel que dans une rupture.

Ce qui est innovant c'est la manière dont nous organisons cela. C'est à dire la façon dont on créé des dispositifs de diffusion du son en fonction des pièces qu'on joue autour des spectateurs et les répertoires que l'on décide de sonoriser. Par exemple nous jouerons bientôt au Festival de Saint-Denis la 7ème symphonie de Mahler qui est écrite pour un grand orchestre. Notre concert comprendra 20 musiciens et sera entièrement sonorisé. Ce qui est nouveau, c'est la qualité du son. Nous partons du geste acoustique des instruments classiques pour s'approcher le plus possible du son parfait.

Dans quel lieu insolite rêveriez-vous de diriger un concert ?

J'aimerais bien faire le premier concert symphonique dans l'espace qui serait joué de la station spatiale internationale et qui serait retransmis en direct sur la Terre. Ca, ça me plairait bien !


CultureSecrets vous offre une occasion unique d’assister aux préparatifs très secrets de la prochaine production du collectif “Le Balcon” dirigé par le talentueux Maxime Pascal à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet.


Chaque mois CultureSecrets vous donne accès à une sélection d’événements insolites et prestigieux, coupe-files, visites privées, places de théâtre, concerts, vernissages ou rencontres d’artistes dans des lieux d’exception… S’abonner ici.

L'ADN - Le 18 mai 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.