1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. IA et chatbot
  4. Le Chief Happiness Officer est un robot

Le Chief Happiness Officer est un robot

B Max, dans le film les Nouveaux Héros
Introduction
Pour les managers stressés ou les collaborateurs qui ne parviennent plus à communiquer, l’intelligence artificielle peut venir en aide. Une startup travaille au bien-être au boulot : seriez-vous prêts à confier vos états d’âme à un robot ?

Quand on pense aux chatbots, on imagine souvent un service client – parfois impersonnel – sur un site web. Le principe s’exporte au bureau : la startup américaine Loris.ai cherche à canaliser les débordements émotionnels des employés en abordant le sujet directement avec eux.

Interrogée par Wired, Nancy Lublin, la fondatrice de Loris.ai explique : « les managers sont nerveux à l’idée d’aborder une réunion en tête-à-tête avec un employé, lorsque le contexte est difficile. En particulier lorsqu’une femme et un homme sont en opposition. Cela les place dans une posture désagréable alors que cela ne devrait pas ».

Le système fonctionne sur la base d’un logiciel baptisé Crisis Text Line créé il y a 4 ans. Celui-ci est une messagerie instantanée de secours sur laquelle une personne peut demander conseil, lorsqu’elle est en état de nervosité important, de stress voire de colère au travail. Au fil des millions de discussions enregistrées, la machine a analysé ces processus émotionnels pour les traduire en données.

Le coach est une IA

L’algorithme qui compose ce « super-chat » peut ainsi construire des leçons d’empathie personnalisées en fonction de chaque cas de figure. Il va prédire plus en profondeur les risques induits par l’état émotionnel de l’interlocuteur et agir en conséquence.

Dans le prolongement de cette activité, Loris.ai va naturellement proposer des séances d’entraînement aux managers et employés – en allant évidemment au-delà du team-building superficiel basé sur la session kart entre collègue ou la distribution de Barbapapa. En principe…

Le modèle économique de Loris.ai soulève quelques questions : le seul moyen pour la société d’être rentable est la revente de données. Dans ce cas, hautement probable, les professionnels pourraient devenir méfiants à l’idée de se laisser aller au dialogue. Par ailleurs, Facebook a déjà montré son intérêt pour ce type de solution. Par le passé, Crisis Text Line a même été utilisé pour améliorer Messenger, la messagerie instantanée du réseau social…

Ajouter votre commentaire