Un burger de l'espace

Cannabis gastronomique, AI food, farming 2.0 : toutes les tendances food 2018 à ne pas manquer

Le 16 mars 2018

Une cuisine qui influe sur nos émotions, des grand·e·s chef·fe·s qui mitonnent du cannabis, des algorithmes au service du dressage des assiettes… En 2018, la food est à la fois tech, porteuse de débats sociétaux, et terriblement excitante. Tour d’horizon de la nouvelle assiette avec JWT.

Comme chaque année, l'agence J. Walter Thompson nous éclaire sur les tendances de consommation, en s’appuyant sur une large étude mondiale. Cette fois centrée sur la cuisine, elle nous révèle plusieurs pistes appétissantes.

La food mood

Le bien-être par l’assiette transcende désormais le corps pour se rapprocher de l’âme (ou au moins du cerveau). Alors que les consommateurs et consommatrices se tournent vers des aliments « good mood » comme la camomille, le gingembre ou la lavande, certains restaurants se mettent en tête de « soigner » nos mauvaises humeurs et autres coups de mou.

mood food chou-fleurs

En France par exemple : les restaurants Maguey et The Cure, et le bar Bisou concoctent plats et cocktails en fonction de nos humeurs ou de ce que l’on souhaite ressentir. Côté marques, on mise sur des packagings apaisants (dans le sillage du minimalisme/yoga/lagom) ou enthousiasmants (dans une ambiance « feel good »/YOLO/colored)

packaging minimaliste

Anaahat Studios pour Mealbox

Pour aller plus loin : The Good Mood Kitchen, ouvrage de la Dr. Leslie Korn, diplômée de Harvard en traumatologie

Le farming 2.0

L’agriculture devient plus durable et donc plus directe. Pour ne pas louper le coche du bio local, certains supermarchés n’hésitent pas à afficher leur engagement jusque sur leurs toits. Car il ne suffit plus de vendre du bio pour glaner les lauriers de l'alimentation ethique, il faut aussi en cultiver. Le leader belge Delhaize a inauguré sa première ferme urbaine fin 2017, une initiative similaire à celles de Carrefour en avril 2017 en France et Albert Heijn fin 2016 en Hollande.
Delhaize - Potager urbain
La startup berlinoise Infarm met également au point en ce moment, des potagers intérieurs pour herbes aromatiques destinés aux supermarchés. A l’heure où les consommateurs et consommatrices réclament une vraie transparence sur l’origine des produits, les grandes surfaces ont tout intérêt à se convertir à ce nouveau mode de production.

Le design algorithme

Les chef·fe·s pâtissier·e·s et les designer·se·s culinaires ne cessent de nous épater avec leurs créations. Pour aller toujours plus loin, certains et certaines mettent au point de nouvelles techniques en s’appuyant sur des outils technologiques modernes. Grâce au logiciel Grasshopper et à l’impression 3D, la cheffe et ancienne architecte Dinara Kasko construit gâteaux et autres pâtisseries qui semblent débarqué·e·s du futur.
Algorithmic Modeling Cakes par Dinara Kasko

Le teetotalism

La teetotal (« abstème » en français) est une personne qui ne boit pas d’alcool. Dans un monde historiquement très porté sur la bibine mais qui accueille à bras ouverts la tendance healthy (#bodyandmind), on tend peu à peu à délaisser les degrés pour des boissons plus saines. Pour répondre à cette nouvelle demande, les bars s’attardent sur la création de cocktails sans alcool au delà du tradi-triste Virgin Mojito. On en profite pour glisser une mention spéciale au bar en souplexe de la pizzeria Popolare, qui nous régale sans alcool malgré ses 500 références de spiritueux.

bar pizzeria popolare paris big mamma

Côté marques, on pense au lancement de la bière aromatisée sans alcool Tourtel Twist, et à la vague Bionade et Vita Coco, qui ont rejoint le banc du smoothie.

L’AI food

L’AI est partout. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne s’immisce au creux de nos assiettes. Le MIT a démarré le développement en 2017 de Pic2Recipe!, un système permettant de convertir une image en recette. A l’aide du machine learning et de la reconnaissance d’image, les pics Insta n’auront plus de secrets pour nous : ingrédients, valeurs nutritionnelles, origine des produits… Ce sont les foodistas qui vont être content·e·s.

Le cannabis sauce haute cuisine

Enfin, si la food de 2018 se veut tech et conscientisée, elle ne peut s’empêcher de rester (ré)créative. Avec l’envie de surprendre le palais et d’aller chercher des ingrédients inattendus, les chef·fe·s mettent maintenant le cannabis à l’honneur. Oublié le space cake, The Herbal Chef (piloté par Chris Sayegh) vous sert le cannabis façon bœuf wagyu japonais, phô vegan, ou sorbet pamplemousse et feuilles de vigne… pour 300 à 500$ par tête.

Pour aller plus loin : Bong Appetit, une émission consacrée à la high gastronomie à découvrir sur Vice.

Les ingrédients stars

En plus de ces tendances de fond, trois ingrédients tiennent le podium cette année.

• Les feuilles de Pandan : originaire de l’Asie du Sud-Est, elles sont déjà considérées comme le nouveau matcha. En Malaisie et à Singapour, on les utilise traditionnellement en pâtisserie pour son goût très végétal qui tire vers l’amande ou la vanille, ou pour parfumer le riz.

• L’ube : cette patate douce violette outrageusement instagramable nous vient de la vague culinaire philippine qui s’empare doucement (mais avec piquant !) de la France et du monde.

• Le Sherry : quitte à y aller mollo sur l’alcool, autant se faire plaisir sur la qualité. Le Sherry, plus connu en France sous le nom de Xérès, est un hybride espagnol qui associe vin blanc et eau de vie, ce qui empêche l’oxydation de l’alcool et fait grimper les degrés. Distillé artisanalement, il devient une boisson premium et originale.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour