1. Accueil
  2. Nouveaux usages
  3. Études
  4. Les influenceurs ont-ils vraiment de l’influence ?

Les influenceurs ont-ils vraiment de l’influence ?

Enjoy Phoenix
Introduction
Bloggeurs, youtubeurs, instagrammeurs : les marques se les arrachent. Mais que pensent les Français de ces « influenceurs » ? Une étude Harris Interactive pour L’observatoire Cetelem s’est intéressée à l’impact de ces nouveaux ambassadeurs sur la consommation.

L'influence a mauvaise réputation

Pour la plupart, les Français associent le terme « influence » à la publicité et la manipulation. Le mensonge, le marketing, les réseaux et les médias ne sont pas loin derrière parmi les mots qui y sont le plus associés.

nuage de mot

source : Harris interactive

Les sondés voient l’influence d’un mauvais œil mais seulement un tiers des plus de 50 ans interrogés déclare savoir précisément ce qu’est un « influenceur ». Les 18-24 ans, sans doute plus habitués à faire défiler à l’infini les images d’Instagram, sont eux 58% à pouvoir donner une définition précise du rôle de ces ambassadeurs. L’étude révèle de grosses disparités entre la perception des plus jeunes et celle des seniors. Ainsi, si 79% des sondés ne croient pas en l’indépendance des recommandations des influenceurs, seulement 60% des 18-24 ans partagent cet avis contre 90% des plus de 50 ans.

Plutôt croissant que CrossFit

Pour toucher un public plus large, mieux vaut créer une chaîne YouTube sur les recettes de sa grand-mère qu’un blog de yoga. L’étude révèle que les Français préfèrent les influenceurs qui traitent de sujet liés à la culture, la cuisine et de la technologie. En revanche, ceux qui parlent de voyage, de mode et de sport se retrouvent en fin du classement. Cependant, les 18-24 ans et les plus de 50 ans ont des centres d’intérêt très différents. Ainsi, 12% des seniors s’intéressent à la beauté contre 55% des moins de 25 ans. De même, le sport fait mouche chez les jeunes (57%) alors que le sujet n’intéresse que 9% de leurs aînés.

Des influenceurs sans influence ?

En majorité, les sondés estiment faire leurs choix librement sans influence extérieure. Une position partagée par à peu près toutes les tranches d’âge. Paradoxalement, l’étude montre que si les sondés revendiquent leur libre arbitre ils déclarent également accorder de l’importance aux avis extérieurs, mais pas ceux des blogueurs ou youtubeurs. Ainsi, 65% préfèrent écouter leurs proches, 55% les message de santé publique et 51% se fient aux avis des autres internautes. En revanche, la publicité, les influenceurs et les informations données par les marques font face à une certaine méfiance.

L’étude s’intéresse également à l’impact des influenceurs sur les pratiques de consommation des Français. Là encore, on constate d’importantes différences de perception selon les tranches d’âge. 62% des jeunes s’intéressent davantage à une marque lorsque son youtubeur préféré en parle, alors que les plus de 50 ans ne sont que 16% à être sensible à cette forme de publicité. Grâce à leur ambassadeurs sur les réseaux sociaux, les marques gagnent en visibilité auprès des jeunes mais la transformation en achat ne semble pas très efficace puisque seulement 33% des 18-24 ans affirment avoir acheté un produit suite à son exposition par un influenceur.

Qu’ils pensent que les influenceurs sont capables de faire la pluie et le beau temps ou qu’ils y soient insensibles, les français prédisent un bel avenir à cette forme de publicité sur Internet. 53% imaginent que les influenceurs vont prendre plus d’importance dans les années à venir.


Méthodologie

Etude réalisée par Harris Interactive pour l’Observatoire Cetelem. Enquête en ligne du 13 au 15 mars 2018 sur un échantillon de 1000 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. La méthode des quotas et le redressement ont été appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

Reech livre blanc

Comment identifier les meilleurs influenceurs ? Comment structurer le partenariat ? Quelle rémunération définir ?

C’est pour répondre à ces questions que Reech a rédigé un guide de survie dans cette jungle de l’influence qui recense les 12 meilleures pratiques.

Reech accompagne ses clients en les aidant à faire émerger des ambassadeurs et générer des conversations et de la visibilité autour de leurs produits et services.

Téléchargez le livre blanc gratuitement.

Sofia le 7 avril 2018 / Répondre

C’est surtout que Reech ne référence pas du tous les influenceurs mais les bloggers avec des réseaux pas toujours importants… C’est drôle, on n’entend jamais parlé des grandes agences d’influenceurs dans les médias, ce serait intéressant d’écouter leurs conseils !

Ajouter votre commentaire