habillage
premium 1
premium1
Un échantillon en laboratoire

Plus rentable qu'un rein, on peut vendre son ADN

Le 5 mars 2018

Une start-up américaine propose de séquencer son génome puis de l’authentifier via la blockchain. L’objectif : que chacun puisse ensuite revendre ses données.

Le concept de réappropriation des données personnelles n’a jamais connu d’application plus directement liée au corps humain. Une société américaine propose à chacun de séquencer son ADN puis de lier ces informations à leur porteur de manière à ce que personne d’autre ne puisse s’en prévaloir. Pour ce faire, Nebula Genomics utilise la blockchain.

Cette technologie permet en effet de certifier une transaction ou authentifier une personne. La blockchain agit donc comme un tiers de confiance à même d’attester du lien véridique entre un individu et son ADN. Pourquoi garantir ce lien ? Pour que ladite personne puisse détenir ces informations et, si elle le désire, les vendre.

De telles données relatives au corps humain coutent en effet cher pour les laboratoires et autres chercheurs. Selon Nebula Genomics, si chaque personne détient son propre ADN séquencé, elle pourra en céder tout ou partie en échange de monnaie sonnante et trébuchante. Finie donc la vente du rein, de sang ou de spermatozoïdes (non-rémunérés en France), place à la marchandisation de ce qui nous constitue.

Tout vendre pour 1 000 dollars

Actuellement, la Nebula Genomics propose de réaliser l’opération de séquençage de l’ADN pour 1 000 dollars. Un coût certes conséquent mais qui pourrait, selon le responsable, être amorti rapidement. Dans leur documentation (.pdf), il estime en effet qu’une personne cliente de leur service pourrait gagner jusqu’à 50 fois plus en revendant ses propres informations personnelles.

Aussi innovante soit-elle, cette solution soulève de sérieuses interrogations quant au modèle prônant la vente d’un bien inhérent à sa personne. Redonner le pouvoir aux individus en les aidant à se réapproprier leurs informations personnelles va, en soi, dans le bon sens. Toutefois, ce type d’entreprise ouvre un large pan dans le domaine de la marchandisation du corps humain. A terme, il est en effet probable (notamment au vu de la baisse du prix du séquençage de l’ADN) que le prix de vente de ces données diminue fortement. Obligeant les personnes dans le besoin à céder de nouvelles parties de leur être.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.