habillage
premium 1
premium1
Projet Lauren

Quand une humaine se prend pour une IA

Le 13 sept. 2017

Initié par l’artiste Lauren McCarthy, le projet LAUREN explore la façon dont nous réagirions si notre assistant personnel avait été une personne de chair et d’os.

Alors qu’Alexa d’Amazon a déjà su séduire des millions de foyers à travers le monde, tous ne sont pas au fait de la quantité de données qu’elle récolte à leur sujet, de jour, comme de nuit. C’est donc à la manière d’une intelligence artificielle que Lauren McCarthy a décidé d’étudier la façon dont des individus évoluent au contact d’un regard extérieur sur leur intimité. Un regard bien humain cette fois.
Pendant trois jours et grâce à l’hospitalité de cobayes désireux de tenter l’expérience, l’artiste s’est glissée dans la vie de différents foyers pour y remplir toutes les fonctions habituellement effectuées par un assistant vocal. Elle explique d’ailleurs très simplement sa démarche sur le site du projet en parlant d’elle à la troisième personne : « LAUREN va visiter votre maison, y déployer une série d’appareils intelligents et veiller sur vous à distance 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. » Dérangeant vous dites ? Et ce n’est pas fini.  « LAUREN contrôlera votre maison pour vous en tentant d’être plus efficace qu’une IA et en essayant de vous comprendre en tant que personne. Vous pourrez interagir avec elle en appelant son nom, mais elle fera effectuera aussi des tâches sans vous consulter. ».
webcam un homme se brosse les dents
Plus loin, l’artiste affirme pouvoir apprendre à la manière d’un algorithme et être capable de s’adapter à des situations données et même d’anticiper les moindres besoins de chaque habitant, le tout abritée derrière ses caméras. Parmi les services proposés par LAUREN, la possibilité de commander à manger ou bien d’ajuster la température ou la lumière d’une pièce, la possibilité aussi de simplement discuter avec elle ! En bref, tout ce qu’un assistant virtuel saurait faire.
Interactive et collaborative, l’expérience peut être vécue par qui voudra bien s’y essayer ! Il vous est d’ailleurs possible de soumettre une demande en ligne moyennant l’envoi d’une courte vidéo expliquant vos motivations.
Dans ses retours d’expérience, Lauren McCarthy évoque la réticence de certains individus vis-à-vis de sa présence continuelle, notamment dans la chambre à coucher. Si certains se sont sentis épiés, d’autres n’ont pas réellement senti de différence et se sont montrés relativement à l’aise.

Étonnant, glauque, intrusif… le projet questionne le degré d’intimité que nous sommes prêts à laisser voir. De même, sommes-nous plus à l’aise avec l’idée qu’une personne tierce nous observe ou préférons-nous livrer nos données à une machine qui enregistre nos faits et gestes en permanence ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.