bannière 2
bannière 2
premium1
cyberattaque

Un n° vert pour les politiques qui ne comprennent rien au numérique

Le 28 oct. 2016

Cyberattaques : afin d’éviter les bourdes sur le sujet, les politiques américains ont désormais une hotline.

A l’initiative de ce service astucieux, Fight for the Future, une organisation à but non lucratif fondée en 2011, et qui s’est donné pour objectif de veiller à ce que jamais le web ne s’attaque à notre liberté d’expression. Et à propos d’expression, il est une personne qui aurait dû tourner dix fois sa langue dans la bouche… avant de s’exprimer sur les cyberattaques de la semaine dernière : Marsha Blackburn. Cette membre de la sous-commission du congrès sur les communications et la technologie, représentante du Parti Républicain, a jugé bon de répondre à une question sur CNN au sujet de la vaste attaque DDoS (Distributed Denial of Service) sur les DNS de Dyn, qui a neutralisé toute une partie de la toile sur le territoire… Elle s’est essayée à un parallèle avec la loi SOPA (Stop Online Piracy Act), jamais adoptée et qui de toutes façons ne traitait pas du même sujet : elle visait les sites reconnus comme portant atteinte aux lois américaines sur le droit d'auteur.

Marsha Blackburn

Une énorme bourde qui démontre à quel points ces domaines sont encore très méconnus des politiques. Pourtant, les Etats ne peuvent plus aujourd’hui ignorer les alertes : Bruce Schneier, cryptologue américain, spécialiste en sécurité informatique s’est d’ailleurs exprimé sur le sujet récemment. Selon lui quelqu’un (sous-entendu une institution ou un Etat) s’efforce de faire plier le web. Il alerte sur le nombre d’attaques de plus en plus complexes et fréquentes via les DDoS. Une information que les gouvernements ne peuvent plus prendre à la légère.

En attendant, Fight for the Future s’est fendu d’un petit outil pour ceux qui ignorent et cherchent à comprendre ces sujets. Un numéro spécial qui permettra à ceux qui le souhaitent, et particulièrement les politiques, premiers visés, d’appeler et de s’informer sur les sujets qu’ils doivent aborder en conférence, en interview ou autre. De quoi éviter de nouvelles boulettes.

Désormais, les députés pourront appeler le numéro +1 (844) 294-A-CLUE. « Notre directeur technique Jeff Lyon sera plus que ravi de vous expliquer les fondamentaux des attaques DDOS, et comment de mauvaises législations supplémentaires adoptées à la hâte nous mettrons tous encore plus en danger. […] Vous aurez un résumé rapide de comment les cyberattaques fonctionnent, et de ce que vous, en tant que membre du Congrès, pouvez faire pour les appréhender », s’amuse Fight For Your Right.

Plus sérieusement, Holmes Wilson, co-fondateur de Fight the Futur, déclare : « Quand quelqu'un du sous-comité des communications et de la technologie fait autant preuve de méconnaissance sur le sujet, il n’y pas de quoi rire. Des vies sont en jeu. Si nous voulons éviter de nouvelles erreurs comme le CISA (Cybersecurity Information Sharing Act), nous avons besoin des membres du Congrès qu'ils comprennent réellement ce dont ils parlent et ne fassent pas semblant. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour