premium 1
premium 1 mobile
REVUE SEXE GENRE BBC

Les 100 femmes les plus inspirantes selon la BBC

L'ADN
Le 15 févr. 2018

Pour la cinquième année consécutive, la chaîne anglaise a programmé « 100 Women ». Comme chaque année, la rédaction a publié une liste de 100 femmes inspirantes, pas forcément connues, qui ont donné matière, durant un mois, à la diffusion de dizaines de reportages, d’articles, de débats, de contenus. Le tout se retrouve dans une rubrique à part du site de la BBC. 

Ici, par exemple, on découvre Eileen Carey qui a teint ses cheveux blonds en brun pour être prise au sérieux dans la Silicon Valley. Là, on écoute le témoignage – à visage découvert – d’Asena Melisa Sağlam, giflée dans un bus turc parce qu’elle portait un short, et dont l’histoire a déclenché des manifestations dans tout le pays. Au Népal, on s’invite dans une des maisons d’Indira Ranamagar, qui recueille des centaines d’enfants de prisonnier.ère.s, condamné.e.s, sans son aide, à grandir derrière les barreaux. Et puis, autre exemple, dans une école de Rio de Janeiro, on suit une équipe de fillettes qui se sont imposées face aux garçons sur les terrains de football.

 

Cet article de Emre Sari est disponible dans son intégralité dans la revue n°13 de L’ADN. Pour vous la procurer, rendez-vous ici.

 

« C’est le grand paradoxe du féminisme, commente Lauren Bastide, porte-parole du collectif « Prenons la une » qui milite pour une plus grande présence des femmes dans les médias, et réalisatrice des podcasts “La Poudre”. Comme l’explique l’historienne du féminisme Joan W. Scott, nous réclamons un traitement égal des deux sexes, mais nous affirmons en même temps notre différence de femme et notre discours de femme. »

 

Une contradiction sans doute nécessaire. « En l’état actuel, ces questions ne trouvent pas naturellement de réponses dans les rubriques classiques, regrette Lauren Bastide. Nous avons donc besoin de projets comme celui de la BBC pour soulever un questionnement, pour interpeller l’opinion publique. »

 

Cette année, « 100 Women » aura d’autant plus de portée que le projet sort de l’écran. Pendant quatre semaines, dans quatre villes différentes, quatre équipes féminines recrutées par la BBC ont créé des solutions concrètes face à quatre maux. À San Francisco, elles ont développé une application pour encourager les femmes à briser le plafond de verre. L’outil adresse des messages d’encouragement pour oser prendre la parole. À New Dehli, elles ont monté une pièce de théâtre contre l’illettrisme féminin. Elle met en scène toutes les difficultés qui se dressent entre l’école et les fillettes comme les mariages prématurés et la priorité aux garçons. À Londres, elles ont aménagé un bus à double impériale pour alerter sur le harcèlement dans les transports en commun. Elles y ont placé des casques audio qui diffusent des histoires d’agressions, et des mains en latex accrochées aux barres qui figurent des attouchements indésirables. À Rio de Janeiro, elles luttent contre l’exclusion des femmes du football, sport national en réalité grandement réservé aux hommes.

 

Ajouter du réel aux médias s’avère bien plus efficace pour la cause des femmes. Ainsi, « 100 Women », à sa manière, nous rapproche du moment où le discours féministe deviendra superflu. « Un jour, nous aimerions que les questions du féminisme et du droit de femmes n’aient plus besoin d’être “rubricariser”», résume Lauren Bastide. Un peu à la manière de Coluche qui espérait pouvoir fermer les Restos du cœur au bout de quelques années. C’était en 1985. En attendant, « quand les femmes partagent avec nous leurs histoires personnelles par e-mail, je sais que nous avons réussi quelque chose », explique Amelia Butterly, journaliste responsable de “100 Women”. Les années précédentes, nous avons aussi reçu des tonnes de messages pour nous demander de ne plus seulement mettre en lumière les problèmes. Les auditrices voulaient trouver des réponses, des solutions… ».

 

Car des projets comme « 100 Women », en plus de prêcher des idées d’égalité entre les sexes, donnent de la force. « Plus on mettra en avant des modèles féminins de réussite, et plus on donnera envie à d’autres femmes de se battre, reprend Lauren Bastide qui reçoit, elle aussi, des centaines d’e-mails d’auditrices, rassurées, galvanisées. »  

 

Dans ses reportages, « 100 Women » crée parfois des héroïnes, qui marquent le présent pour les générations futures ou à l’étranger. « Vous voyez cette femme incroyable au Népal, celle qui prend soin des enfants des prisonnier.ère.s, indique Amelia Butterly. Eh bien, à la suite de notre reportage, elle jouit maintenant d’une grande reconnaissance dans sa région. Les hommes ont même rebaptisé son village de son nom. »

 

À VOIR : www.bbc.com/news/topics/875e94b8-021d-4411-93f4-a8d5e09d6adb/100-women 

 

Cet article de Emre Sari est disponible dans son intégralité dans la revue n°13 de L’ADN. Pour vous la procurer, rendez-vous ici.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.