Réalisation Sylvain Subervie

Quand l’art veut faire la guerre à la guerre

Le 7 oct. 2016

Portrait de Sylvain Subervie artiste Sculpteur et Designer français.

Sylvain Subervie a un parcours pour le moins atypique. À 22 ans, il rejoint l’univers de la mode et collabore dans des maisons de renom : Jean-Charles de Castelbajac, Christian Lacroix, Princesse tam.tam…

Au bout de vingt-trois ans, épuisé par le côté éphémère du secteur, c’est à Madagascar qu’il trouvera sa nouvelle voie. Envoûté par le pays, il y découvre sa matière de prédilection : le fer. Entre sculptures, ameublement et tableaux, il produit des œuvres qui deviennent, au fur et à mesure, monumentales. Entre autres, ses Guerriers boucliers de 2 mètres, qui commencent à constituer une armée conséquente et impressionnante, tant par la quantité de soldats qui s’y trouvent que par leur taille. Aujourd’hui, ils sont presque 300 et ont déjà été exposés à Art Basel en décembre 2014. Mais l’ambition de Sylvain Subervie est de porter leur nombre à mille. Son objectif : en faire un emblème de paix.

Car, paradoxalement, cette armée est en guerre contre la guerre. Pour lui, le seul moyen d’obtenir la paix est d’agir. Pour que l’action soit intéressante, elle doit avoir une allure. Son armée impassible se veut aussi rassurante. Mais pour être vécue dans toute sa splendeur, cette œuvre doit trouver un refuge, un endroit précis où l’on pourrait voir ces guerriers qui deviendraient, pourquoi pas, un emblème national. Sylvain Subervie déplore le manque d’initiatives françaises en ce sens. Or, pour fédérer les Français, les initiatives doivent être françaises. Il revendique son œuvre comme étant populaire, qui doit aller à la rencontre des gens, du public, à rebours de certaines réalisations trop intellectuelles et élitistes qui se trouvent quelquefois dans les musées. « Parfois, les gens aiment l’art mais ils ne comprennent pas le message que les artistes veulent faire passer. Les guerriers prônent un message universel, celui de la paix. Cette œuvre monumentale ne pourra pas passer inaperçue. Elle comporte une quantité de pièces, mais c’est une unité. »

Aujourd’hui, il reste 700 guerriers à créer, et un lieu à trouver, pour que l’œuvre sonne comme un rappel perpétuel... sans frontières. Le site pourra être évolutif, et l’armée a vocation à porter son discours sur le vivre-ensemble sur tous les territoires. En attendant, le Petit Guerrier, réplique de 70 cm des géants de fer, démocratise leur message de paix…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.