habillage
premium1
premium1
3

Explorer les fonds marins

Le 11 janv. 2017

Les expéditions Under The Pole ont pour objectif de repousser les limites de l’exploration sous-marine par l’homme, grâce à une approche audacieuse et à une innovation permanente. Voici leur histoire.

Si certains se transposent dans l’espace, d’autres rêvent des profondeurs. C’est le cas de Ghislain Bardout qui nourrit depuis toujours le souhait de vivre au cœur des océans dans une machine imaginée par Jules Verne. Fantasme ou réalité ? Difficile de répondre… pourtant jamais, depuis Under The Pole, il n’a paru si simple de pousser toujours plus loin les limites de l’exploration. Under The Pole, c’est avant tout l’histoire d’un couple de passionnés qui dédient leur vie à la plongée sous-marine dans les espaces les plus extrêmes. Une mine d’or pour les chercheurs quand on sait que 90 % des océans restent à découvrir.

90 %
des océans restent à découvrir

Ghislain Bardout est ingénieur mécanicien, diplômé de l’École polytechnique de Lausanne et moniteur de plongée passionné. Emmanuelle Périé-Bardout est skipper. Le couple s’est rencontré lors de la préparation d’une expédition de l’explorateur Jean-Louis Étienne : une fusion évidente pour ces deux passionnés de la mer, animés par cette même volonté de mener des explorations innovantes.

L’homme connaît mieux la face cachée de la Lune que les océans de sa propre planète
Sylvia Earle, océanographe et exploratrice.

Ghislain Bardout est ingénieur mécanicien, diplômé de l’École polytechnique de Lausanne et moniteur de plongée passionné. Emmanuelle Périé-Bardout est skipper. Le couple s’est rencontré lors de la préparation d’une expédition de l’explorateur Jean-Louis Étienne : une fusion évidente pour ces deux passionnés de la mer, animés par cette même volonté de mener des explorations innovantes.

En 2010, ils fondent Under The Pole. Leur but : passer quarante-cinq jours au pôle Nord géographique pour révéler la splendeur de la banquise en 52 plongées à travers de sublimes images. Une première exploration réussie, mais néanmoins difficile à monter de par la difficulté de trouver des investisseurs : Emmanuelle et Guislain ont moins de 30 ans et n’ont jamais effectué de mission de ce genre. Ils pourront cependant compter sur le soutien de Rolex : une démarche en accord avec son ADN, puisque depuis toujours la marque soutient des exploits extrêmes, de la traversée de la Manche en 1927 par l’Anglaise Mercedes Gleizte, à la conquête de l’Himalaya en 1953 avec le Néo-Zélandais sir Hillary et le sherpa Tensing Norgay…

Pour cette première mission, l’horloger leur fournit des Rolex Sea-Dweller Deepsea. Un gros plus pour les plongeurs, car cette montre s’est révélée la seule à ne pas geler sous l’eau ; une superbe opportunité pour l’annonceur de démontrer que ses montres sont les plus solides, les plus fiables et les plus résistantes au monde. Le périple fut long et difficile puisqu’il s’effectuera en ski, en tirant de lourds traîneaux supportant l’ensemble du matériel. Ils en reviendront néanmoins avec un film diffusé sur National Geographic Chanel et Thalassa. Leurs images de ce nouveau monde jusqu’alors inexploré de la banquise sous-marine à 40 mètres de profondeur ont fait le tour du monde. En parallèle, deux programmes scientifiques ont été menés : le premier s’intéressait à l’épaisseur de la neige sur la glace, paramètre crucial pour estimer le volume sous-marin de glace, et le second à la physiologie humaine à travers des études menées sur le sommeil et l’évolution de la température interne des membres de l’équipe.

Under the pole I

2014-2015. Under The Pole II. Le couple s’embarque pour vingt et un mois au cœur du Groenland avec un hivernage dans les glaces et des premières plongées à plus de 100 mètres sous la banquise. Une expédition plus complexe encore que la première : cette fois, ils ne peuvent compter sur aucun soutien financier. Peu importe, les aventuriers vendent leurs biens, maison et voitures, pour acheter un bateau. Leur énergie et leur passion sont si communicatives qu’ils parviennent à fédérer une centaine de bénévoles autour d’eux. Là, ils effectuent les plongées les plus profondes jamais réalisées en Arctique : un record du monde, mais cela leur importe peu. Moins que les importants programmes scientifiques qu’ils mènent sur le terrain et qui touchent à l’océanographie, à la biodiversité sous-marine, au réchauffement climatique et à la physiologie en milieu hyperbare. Portées par un esprit pionnier, les expéditions sous-marines Under The Pole ont pour objectif d’amener l’homme à explorer l’inconnu, grâce à une approche audacieuse et à une innovation permanente. En dix ans, l’équipe a repoussé les limites de la plongée polaire et acquis une reconnaissance mondiale. Si les expéditions passées se sont focalisées sur l’Arctique, elles devraient bientôt être déployées.

Under the pole II

De 2017 à 2020, Emmanuelle Périé-Bardout et Ghislain Bardout embarqueront pour trois ans pour faire un tour du monde. De l’Arctique, leur bateau empruntera le passage du nord-ouest pour aller dans le Pacifique. L’équipage passera ensuite l’hiver en Alaska, avant de repartir l’année suivante vers la Polynésie où plusieurs programmes scientifiques de grande ampleur seront menés sur une quinzaine de mois. Parmi les sujets d’études : la zone crépusculaire, la biofluorescence, un programme sur les coraux profonds et également sur l’identification des espèces de cette zone. Sur cette prochaine mission, les parfums Azzaro se sont à nouveau engagés comme sponsor principal, avec à leurs côtés la Fondation Air Liquide. « Comme une évidence au cœur de cette belle association, la mer est l’élément vital, euphorisant, grisant…, synonyme de liberté et d’évasion pour Under The Pole et Azzaro. Cette fusion avec la mer – Méditerranée en particulier – est profondément ancrée dans l’héritage d’Azzaro : sa lumière, ses couleurs intenses, ses senteurs, la sensation de bien-être à son contact », précise la marque.

Under the pole III

Avec ces explorations, Emmanuelle Périé-Bardout et Ghislain Bardout, en plus de témoigner d’un autre monde et de faire avancer les recherches, souhaitent éveiller, inspirer et transmettre leur passion aux jeunes générations. Aider à mieux comprendre les océans et leur rôle dans l’équilibre climatique mondial, afin de faire face aux défis écologiques et sociétaux contemporains. L’expédition a été placée sous le haut patronage du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

« Je pense que, outre les formidables opportunités de communication en externe portées par des images fortes, le message véhiculé par l’expédition est extrêmement positif ; que ce soit par l’aventure humaine qu’elle représente, les exploits sportifs, ou les études liées à l’environnement et au réchauffement climatique. Je pense que pour les annonceurs, c’est une opportunité formidable de fédérer des équipes autour d’une grande aventure, d’un projet. Les gens seront toujours plus sensibles à une communication intelligente : plutôt qu’investir dans une publicité dénuée de sens. Avec Under The Pole, il y a de belles histoires à écrire, porteuses de sens pour tout le monde et motivantes », souligne Emmanuelle Périé-Bardout.

Cet article est paru dans le numéro 9 de la revue de L’ADN : Les nouveaux explorateurs. Commandez votre exemplaire ici.
Sylvie le Roy - Le 11 janv. 2017
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.