premium1
verdure

Quelles sont les villes les plus vertes en France?

Le 15 mars 2017

Où fait-il bon respirer en France? Angers et Nantes, selon l’Unep qui dresse, en partenariat avec Hortis (les responsables d’espaces nature en ville), le Palmarès 2017 des villes les plus vertes de France.

Top 10 des villes les plus vertes de France :  En 2017, comme en 2014, les villes de la région Pays de la Loire, sont en tête en matière de végétalisation des espaces urbains. Angers et Nantes occupent les deux premières places du classement et se distinguent par des politiques volontaristes en matière d’investissement en faveur des espaces verts, et par leurs actions innovantes en matière de préservation de la biodiversité.

Angers, le végétal en héritage

Angers est l’une des villes de France les mieux pourvues en espaces verts. Avec près de 100 m² d’espaces verts par habitant - loin devant la moyenne nationale de 48 m² - la ville fait figure d’exception. À Angers, les espaces verts publics (hors forêts) représentent plus de 14 % de la surface de la ville. La mairie d’Angers y consacre un budget important : 67 € par habitant et par an, soit 44 % de plus que la moyenne nationale. Près de 3,5 % du budget communal est alloué au développement du vert en ville. Un investissement payant : Angers est l’une des villes de France où la qualité de l’air est la meilleure.

Nantes, la ville dans un jardin

Avec 37 m² d’espaces verts par habitant, la 6e plus grande ville de France est un exemple à suivre. L’objectif affiché est d’offrir à chaque Nantais un espace vert à moins de 300 m de chez lui. La ville de Nantes travaille au développement de « l’étoile verte », qui reliera tous les espaces verts sur son territoire et les coulées vertes déjà existantes, depuis longtemps protégées par la ville. Objectif : offrir à la faune la possibilité de profiter d’espaces protégés des nuisances urbaines. Nantes est la ville de France qui mise le plus sur ses espaces verts : 69 € par habitant sont consacrés aux espaces verts tous les ans, soit un budget 50 % supérieur à la moyenne nationale. En 2016, la ville a investi plus de 17 millions d’euros dans la création de nouveaux espaces verts, près de 4 fois plus que les autres villes.

Strasbourg, grandeur nature

Strasbourg s’est lancé un défi : devenir la « capitale verte de l’Europe ». Pour cela, la ville peut d’ores et déjà s’appuyer sur un riche patrimoine vert : avec près de 116 m² d’espaces verts par habitant, les Strasbourgeois sont 2,5 fois mieux lotis que la moyenne des Français, sans compter les surfaces agricoles. Un capital vert protégé : plus de 4 hectares sont classés. Pour devenir une capitale verte, la ville a conçu le plan « Strasbourg, grandeur nature », en sollicitant l’avis des Strasbourgeois. Une consultation a été réalisée auprès de 200 habitants, et des ateliers de concertation ont été organisés dans chaque quartier. Objectif : améliorer la qualité de vie des Strasbourgeois en s’appuyant sur les bienfaits de la végétalisation urbaine, et faire du vert un véritable levier pour l’attractivité de son territoire.

L’investissement en matière d’espaces verts reste faible au regard des attentes des Français

6 Français sur 10 sont convaincus que créer de nouveaux espaces verts devrait être la priorité n°1 des collectivités, mais la part du budget des communes consacrée à l’investissement pour les nouveaux espaces verts reste faible : 1,3 % du budget total des grandes villes en moyenne. Angers demeure la ville qui alloue la plus grande part de son budget à la création d’espaces verts : 3,5 % de son budget total (hors dépenses d’entretien). Les collectivités dépensent ainsi en moyenne 46,50 € par an et par habitant pour l’entretien et la création des espaces verts.

Le végétal fait reculer les « zones grises » et favorise le lien social

En 2014, le Palmarès des Villes Vertes mettait en évidence la diversité du « patrimoine vert » des plus grandes villes de France. En 2017, la végétalisation continue de gagner du terrain dans les espaces urbains sous forme de façades et de toitures végétalisées mais également de jardins partagés. À Lyon, ce sont ainsi 725 Micro Implantations Florales qui ont été créées par les habitants depuis 2005, soit près de 7 km de rues jardinées.

La biodiversité devient un patrimoine à préserver et à valoriser

Plan biodiversité, installation de ruches, éco-pastoralisme : les grandes villes de France se sont saisies de la problématique de la préservation de la biodiversité, à l’image de la ville de Courbevoie qui a lancé, début 2014, une stratégie d’écologie urbaine sur l’ensemble de son territoire. Préserver la biodiversité nécessite d’en connaître la richesse : en 2017, 12 villes parmi les 50 plus grandes communes de France déclarent avoir réalisé récemment un inventaire total de la faune et de la flore.

Le vert en ville : un argument d’attractivité pour les collectivités

Devenus une composante importante du patrimoine des collectivités, les espaces verts deviennent des vitrines et des leviers d’attractivité. Certaines villes développent ainsi « l’éco-tourisme » en organisant des visites guidées dans les jardins mais également de nombreux festivals dédiés au végétal. La ville de Caen organise chaque année durant deux semaines « Les journées du Patrimoine Vert » en association avec des professionnels du paysage, des associations de jardins partagés et des écoles.

Top 5 patrimoine vert
1
Top 5 investissement
2
Top 5 diversité :
3
Top 5 promotion:

5

Top 5 entretien :

6

syntheseok
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.