premium 1
premium 1 mobile
actu_28101_vignette_alaune

Mon tatouage en héritage

Le 8 oct. 2015

Le tatouage, un art éternel ? C’est en tout cas ce qu’affirme l’association NAPSA (National Association for the Preservation of Skin Art), qui propose de préserver les tatouages après la mort.

Une idée folle ? Pas si sûr, quand on sait qu'un Français sur dix est tatoué, que le nombre est encore plus élevé aux Etats-Unis, et qu’il est en constante progression.

La NAPSA propose donc à ses membres de préserver leurs tatouages après leur mort. L’organisation ne dévoile pas sa technique de conservation, mais précise qu’elle a été élaborée dans le but de sauvegarder le dessin davantage que les tissus de la peau. L’art reste donc au cœur de ce concept morbide.

Seuls les membre de la NAPSA sont autorisés à faire perdurer leur tatouage. Il suffit de s’inscrire sur le site, indiquer clairement quelle œuvre on souhaite garder, puis l’intituler, et raconter brièvement son histoire. Enfin, on désigne un bénéficiaire, qui la recevra comme une sorte d’héritage.

Si vous n’avez pas encore de tatouage mais que toutefois vous prévoyez de vous en faire un, pas de panique, vous pouvez déjà vous inscrire pour le faire préserver ! Cependant, attention : la NAPSA ne peut pas préserver les tatouages sur les parties génitales ou le visage… Vous serez prévenus !

Pour devenir membre, il faut payer 175$ de frais d’inscription, puis 60$ chaque année. Il faut encore ajouter 100$ par tatouage supplémentaire que l’on souhaiterait faire préserver. Puis on désigne un héritier, l’heureux élu auquel l’œuvre sera remise… Il sera en charge de découper la peau du tatoué. En effet, pour que la préservation puisse se faire dans des conditions optimales, la NAPSA s’engage à envoyer dans un délai de 18 heures un kit de matériel ainsi qu’une notice pour que le bénéficiaire découpe la partie de peau tatouée de la personne défunte et qu’il l’envoie à l’organisation. Le processus de préservation est effectué par la NAPSA en 60 heures, puis le tatouage est renvoyé à l’héritier en 3 à 6 mois. On ne sait pas si un cadre est offert pour que l’héritier puisse accrocher l’œuvre dans son salon…

tatoo from L'ADN on Vimeo.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.